14 mai 2016

Bye bye Baïkal / Прощай Байкал

Suite des mises à jour, en différé...

Listvyanka-plage au printemps

Système de propulsion d'un podushka J'ai eu du mal à m'arracher aux rives du Baïkal et j'ai prolongé un peu mon séjour à Irkoutsk. Je suis retournée une 3e fois à Listvyanka avant de partir ; c'est facile, il y a toujours des marshroutkas au marché central et le trajet dure à peine une heure.

Cette fois, la glace avait suffisamment fondu pour qu'on ne puisse plus aller sur le lac à pied, mais il faisait bon sur la plage.

Mais pourquoi baignade interdite ???

Kubanskiy Kazatchiy khor : "Каким ты был"

J'ai savouré mes 2 derniers omuls frais fumés cuits à la vapeur, et j'ai poireauté pendant 1 heure avec les gens qui faisaient patiemment la queue pour une marshroutka dimanche soir,

Sibériens à la plage. L'été est presque là. en compagnie d'une guide francophone d'Irkoutsk que j'avais rencontrée 2 semaines auparavant à Uzuri, et d'un secouriste daghestanais qui avait le mal du pays.

Radik, le daghestanais, m'a appris que dans sa langue (le tabassaran, une des 14 langues officielles de cette petite république du Nord Caucase), il y a quarante cas de déclinaison. Avis aux amateurs : en voilà une destination intéressante pour un futur stage linguistique !

Paillotes sibériennes, shashlik et plov

11 avr. 2016

Derniers pas sur la glace / Последные шаги на льду

Après 2 semaines de cours de russe + diverses visites et activités culturelles à Irkoutsk, je suis venue faire un dernier petit tour sur le Baïkal.

Vue du rocher Tcherskii sur Istok Angara et Baïkal

Huun Huur Tu : "Под баян"

La glace s'est presque complètement transformée. Les belles plaques translucides ont laissé la place à des plaques cristallisées qui commencent à s'émietter et à se disloquer.

Variantes de glace cristalisée

Restes de toross Les barrières de toross ont fondu, il reste juste de petits tas de vitres par ci par là. Ça tombe bien, j'avais oublié d'en photographier avec le smartphone pour vous montrer comme c'est transparent.

Pratique si vous voulez construire un igloo avec véranda ou baie vitrée (à ceci près qu'il n'y a pas assez de neige pour faire des igloos ici).

Lucarne en glace dépolie pour igloo

Une bande de joyeux lurons de l'Altaï est venue me saluer. Ils étaient amusés de me voir occupée à photographier conscienceusement des glaçons, objets qu'ils n'utilisent habituellement que sous forme pilée dans de petits verres de vodka, je pense. Ils m'ont dit que je devrais venir visiter l'Altaï, y aussi des lacs gelés et l'eau de la rivière Katun est belle.

Podushka faisant la navette entre Listvyanka et Port-Baïkal

Les failles se sont considérablement élargies, seuls les podushki peuvent encore circuler sur le lac. J'ai vu un piéton qui voulait faire le malin pour épater une nana ; il a sauté la première faille devant le port de Listvyanka. Il a failli passer à l'eau mais s'est bien rattrapé, il ne s'est mouillé qu'une jambe...

Coucher de soleil sur le port de Listvyanka

Glaçons Ah, ce matin il fait beau et y a presque plus de vent (hier on se pelait ici, il a neigeoté de la poudreuse...), alors vous avez droit à un petit rabe de glaçons.

Glace cristallisée au niveau d'une soudure Vous en avez peut-être assez, mais moi, je ne me lasse pas de la glace du Baïkal...

Les failles s'élargissent chaque jour

Je commence à être un peu comme certains Irkoutskiens qui sont fanas du Baïkal ; j'ai juste du mal à les croire quand ils disent que le Baïkal, c'est encore plus chouette en été. Je pense plutôt, comme dit un proverbe sibérien, qu'il n'y a pas de mauvais temps, il y a de mauvais vêtements. Encore que... pour les photos, c'est quand même mieux quand il fait beau et qu'on peut se passer de moufles.

Mini-toross au bord d'une faille

9 avr. 2016

Retour sur le continent : suivez le guide / Обратно на материк : следуйте путеводителья

Shono : "Огненная гора / Галтай уула" (album Hunters) ///html

Plutôt que de refaire le tronçon par lequel j'avais démarré la semaine précédente, je me suis fait déposer au niveau du détroit dit des Portes d'Olkhon par une marshroutka qui ramenait un groupe de touristes chinois à Irkoutsk.

Touristes chinois prêts pour la photo numéro 3 du soleil couchant au Cap Burkhan

J'ai été photographiée par tous les touristes chinois dès que que le chauffeur a descendu mon vélo de sa galerie de toit.

Je roulais tranquillement depuis à peine 1/2 heure quand un cycliste m'a rattrapée. On a fait route ensemble toute une journée.

En route sur les flots avec Vladimir entre Olkhon et Elantsy

Vladimir venait de Krasnoïarsk. On a comparé nos équipements respectifs.

Vladimir, cyclo-baroudeur de Krasnoïarsk Vladimir, comme le premier cycliste russe que j'avais croisé il y a quelques jours, voyage très léger avec seulement 1 paire de sacoches, mais il avait des accessoires intéressants. En particulier un grappin à repêcher les vélos, et une paire de tournevis à lame très courte portée en collier, au cas où il doive se sortir lui-même d'une faille.

L'outil pour reprendre pied sur la glace  à la main Il a été intéressé par mon assortiment dynamo + chargeur, et a eu pitié de mes douillettes bottes à semelle sans clous. Il était prêt à me les convertir en semelles cloutées avec son stock de vis, comme il l'avait fait pour ses chaussures VTT. Mais il a finalement partagé mon avis et n'a pas percé mes semelles.

Vladimir est un mordu de voyage à vélo et de géographie (il est depuis de nombreuses années membre de la Société russe de géographie), et il connaît bien aussi l'histoire de la Sibérie. Il m'a montré une centrale électrique qui fonctionne avec les courants circulant sous la glace des Portes d'Olkhon, m'a expliqué comment on appelait différents types de glaçons en russe, m'a montré ses photos de trous de phoque, et m'a guidée jusqu'à Elantsy en passant par Ërd, site d'un grand festival et d'une montagne sacrée pour les Bouriates.

Site des jeux d'Ërd

Mon vélo après 1/2 journée de dégel de surface sur les pistes sibériennes Le seul inconvénient, c'est que Vladimir roule à un rythme assez soutenu, mais bon, comme il a remarqué que j'avais un peu de mal à suivre, il a porté mon gros sac vert... C'est qu'une fois qu'on a accosté, pour rejoindre la route à Elantsy, c'était rudement vallonné, et en plus les passages au soleil étaient boueux.

Enfin, cerise sur le gateau, Vladimir m'a invitée chez un de ses amis de longue date qui se trouve être le shamane le plus connu de la région. Par chance, le soir même le shamane Valentin Khagdaïev animait une conférence sur la culture et les traditions bouriates pour un petit groupe de VIP moscovites.

Valentin, shamane bouriate, va animer une conférence pour un petit groupe de VIP moscovites

Le problème, c'est que Valentin parle russe vite, avec un fort accent bouriate (langue très proche du mongol), et en avalant les syllabes non accentuées.

Je ne pourrai donc pas vous résumer tout ce qu'il a expliqué ; ça devait être passionnant, car Valentin est un gars modeste mais très cultivé. Il avait déjà son doctorat de philo quand il a été désigné chamane pour succéder à son grand-père.

Valentin nous a hébergés à Elantsy et le lendemain, fin du retour à Irkoutsk en marshroutka.

Retour Elantsy - Irkoutsk en marshroutka

Sur l'île d'Olkhon / На острове Ольхон

Dernière faille avant le retour à Khujir

J'ai finalement trimballé pour rien les 10 broches à glace que j'avais louées à Irkoutsk : chaque soir de mon petit périple, j'ai pu passer de la glace à un petit coin plus confortable sur l'île, un petit peu à l'abri du vent.

Huun Huur Tu & Malerija : "Эзир Кара"

La côte d'Uzur (crique du hameau d'Uzur sur la côte Est d'Olkhon)

Mais ça ne m'a pas empêchée, la fois où j'avais oublié de bien refermer toutes mes sacoches sous l'abside de la tente, de trouver les sacoches pleines de poussière et d'aiguilles de mélèzes le matin... En fait cette nuit-là, le vent n'était sûrement pas resté sagement au niveau 3 beaufort prévu la veille par la météo...

Une rue de Khujir

Village de Khujir vu du cap Burkhan.

Avant et après le tour de l'île, j'ai traîné à Khujir, le seul gros village d'Olkhon. On y trouve des magasins qui vendent, entre autres, de petites boîtes de filet d'omul mariné dont les couvercles fuient,

Khujir. Chez Nikita.

des hôtels ou maisons d'hôtes, et une plage confortablement aménagée au pied du rocher du Shaman.

Plage de Khujir. Pratique pour faire pipi à l'abri du vent

Khujir. Chez Nikita, le bistrot Dans les hôtels, les affichettes d'info sont plus souvent traduites en chinois qu'en anglais. Comme je lis le russe, j'ai quand même compris qu'il était explicitement interdit de rentrer sur les planchers ou parquets avec ses crampons, et de laver ses bottes dans la douche.

Je vous ai gardé les meilleures photos pour la fin :

Carte postale N° 2 bis : totems du cap Burkhan avec nuages bien rangés.

Le revoilà : l'arbre le plus photographié de Sibérie. Cap Burkhan.

5 avr. 2016

Autour d'Olkhon / Вокруг Ольхона

Ce soir, première pluie depuis le 5 mars pour moi, et depuis le début de l'hiver pour les Irkoutskiens ! J'en profite pour rattraper un peu de retard du blog.

Champ de toross un peu à l'ouest du cap Koboy

Sainkho Namtchylak : "Танец орёла" (Touva)

Le long de la côte Est, près du cap Khoboy

Lors de mon petit tour de l'île d'Olkhon, j'ai vu pas mal de monde le long de la côte Ouest, mais seulement un cycliste et 2 petits groupes de randonneurs côté Est. En effet, un seul des petits villages de l'île (Uzur, minuscule hameau où j'ai fait le plein d'eau chaude à l'accueillante station météo) donne sur la côte Est, plus escarpée.

C'est tout près d'ici que le lac atteint sa profondeur maximale de 1640 m. Et encore, ça, c'est juste jusqu'aux sédiments ; le fond rocheux est 6 km plus bas, soit environ 7000 m sous le niveau de la mer...

Départ de la route sur glace 2×1 voies entre Sakhyurta et l'île d'Olkhon

A l'ouest par contre, non seulement c'est plus fréquenté mais il y a une vraie route balisée entre Sakhyurta et l'île,

Attention, risque d'absence de verglas ?

et un véritable tronçon d'autoroute près de Khujir.

Podushka sur un tronçon d'autoroute près de Khujir

Distance de sécurité à l'échelle sibérienne sur la route de glace Interruption momentanée du programme de mise à jour pour cause de panne de courant prolongée ce soir à l'hôtel. C'était romantique, dans la cuisine commune on a pu dîner aux bougies + frontales, mais j'ai eu la flemme de recharger mon smartphone avec la dynamo du vélo.

Pour vous faire patienter, je vous remets un peu de glace

Toross translucides au pied du Rocher du Shamane.

et encore une vue du coucher de soleil au Cap Burkhan...

Coucher de soleil vu de la côte entre Khuzhir et cap Burkhan

1 avr. 2016

La faune du Baïkal / Фауна Байкала

La faune et la flore du Baïkal sont plus riches et diversifiées que celle des autres régions de Sibérie. Mais je n'en ai vu moi-même qu'une infime partie. Nerpy respirant à la surface, vus de dessous

Bien sûr l'hiver n'est pas le bon moment pour découvrir la flore ; mais j'ai pu admirer quelques jolis coins de taïga. La taïga est une forêt claire (pas de buissons entre les arbres) , avec des bouleaux, des épicéas, des pins, des cèdres et les plus résistants, des mélèzes.

Cap Ukhan /  Мыс Ухан

Ansambl Dimitri Prokovski : "Ой на горе Калина" (album Не близко от города)

Abreuvoir du hameau de Pechanya J'ai vu des omuls au marché et dans mon assiette, des nerpas et quelques autres poissons dans l'aquarium du musée à Listvyanka, des canards à l'embouchure de l'Angara, quelques corbeaux, des vaches et des chevaux, un ours en cage, des chiens de traîneau, plusieurs "chiens méchants" (d'après les pancartes) très affectueux, des chats plutôt bien nourris qui cherchaient les coins les plus douillets pour faire la sieste (le top, c'est le rayon laine et cachemire des boutiques de souvenirs), et bien que l'hiver soit la basse saison ici, des touristes de diverses espèces.

Troupeau de touristes chinois face au cap Burkhan

Les 2 plus répandues sont les Chinois en groupe près des villages avec desserte routière + hôtel, et les randonneurs russes, souvent équipés de patins.

Patineurs du dimanche à Khujir

Randonneur russe avec patins, pulka et sidoushka Cette dernière espèce est capable de résister à des conditions extrêmes allant du bivouac par -40°C avec réchaud en panne (y a du bois sur les rives) aux banyas (la version russe du sauna) à +100°C, en passant par des bains à +2°C (l'eau à 2°C, pas l'air).

J'ai aussi vu des pêcheurs équipés de grandes chignoles et d'une tente, des randonneurs marcheurs, des touristes à moto-neige (dont un gamin qui tractait son père sur une luge), et 2 cyclistes. Trou de pêche calibré

Attention si vous voulez faire des comptages des différents types de randonneurs : assez souvent, les patineurs se transforment en marcheurs dans les zones où la glace est un peu cahotique.

Patins de rando russes

Pulka amphibie Les Russes utilisent souvent des patins spéciaux pour randonner : ils sont longs (40 cm) et la fixation ressemble beaucoup à celle des skis de fond. D'ailleurs les rando-patineurs ont aussi des bâtons.

Baikal, maloe more. Lugeo-randonneur avec vent dans le dos Marcheurs et patineurs transportent leur barda dans des pulkas. Ce sont souvent de simples luges à patins métalliques, ou parfois des pulkas plus sophistiquées.

Quand ils ont le vent dans le dos, là où la glace est lisse les marcheurs s'assoient sur leur luge et ils se contentent de pousser un peu avec les bâtons. Enfin, ma prof de russe à Irkoutsk m'a dit qu'elle avait parfois vu des pulkas à voile.

2ème arrivée au Rocher du Shamane, par le lac cette fois

26 mar. 2016

Les joies du bivouac hivernal / Радости зимнего бивуака

Bivouac avec feu de camp au cap Ukhan

Givre sur duvet au petit matin Je suis de retour à Irkoutsk : c'est terrible, le dégel ici est déjà bien avancé. Ils semblent déjà loin, les bivouacs tranquilles avec vue, et les grasses matinées avec givre sur le sac de couchage dont l'intérieur était enfin réchauffé.



Ilo : "Метелица" (album Russian gypsy soul)

Alors autant l'avouer tout de suite, je n'ai pas fait l'expérience du vrai froid sibérien ni des terribles vents du Baïkal. J'ai eu de la chance avec la météo pendant que je me promenais à vélo : d'après les bulletins de 3 stations météo situées sur le Baïkal, le vent n'a pas dépassé 4 en moyenne sur l'échelle de Beaufort (mais bon, y avait des rafales au-dessus de la moyenne, et ça suffisait à faire baisser ma vitesse de pointe à 10 km/h quand il était de face...), et la température n'est pas descendue en-dessous de -15°C, soit 258 K.

Matelas pneumatique garni duvet convertible en paréo Sur la plage de mon dernier bivouac avant le retour à Khujir, j'ai même pu me mettre en jupe ;-) . J'ai juste eu un échantillon de froid sibérien entre mon arrivée à Irkoutsk et mon départ à vélo sur les flots gelés : on sent bien la différence.

Pour les givrés qui préparent un trek hivernal, je donne + de détails techniques dans la page "Basses températures". Là c'est juste pour vous distraire ou vous faire envie.

Alors en gros, même si je n'ai pas tout utilisé parce que les conditions étaient bonnes, j'avais pas trop mal fait mes bagages. Y a juste eu 2 "grosses" erreurs : je n'avais pas pris de petits crampons de marche (des mini-crampons légers qui peuvent se chausser sur n'importe quelles chaussures souples) ; s'il y avait eu du vent fort, je m'en serais mordu les moufles. Cherchez l'erreur Et, étourderie stupide, j'avais dans mon pack ravitaillement une petite bouteille de savoureuse huile d'olive bio de la Drôme, qui est évidemment restée inutilisable du premier au dernier jour de trek. Si vous emportez de l'huile d'olive, conditionnez-la en petite boîte avant, pour pouvoir en prélever à la cuillère ou au couteau !

Bivouac sur une belle plage de sable fin congelé

Le thé glacé est presque prêt J'ai privilégié le confort en bivouaquant sur la terre ferme, voire très ferme en cette saison. C'est la première fois de ma vie de campeur où j'ai eu du mal à planter mes clous en titane dans le sable fin d'une plage. Et... j'ai eu encore plus de mal à les en extraire le lendemain matin.

Le sable congelé des plages sibériennes est surprenant : selon qu'il était humide ou pas au moment du gel, sa consistance va de complètement meuble à dur comme du béton, à quelques centimètres d'écart aussi bien en surface qu'en profondeur.

J'ai donc utilisé toute ma panoplie de piquets, des clous titane fins aux sardines extra-larges.

Nostalgie du Pamir : feu de bois aromatisé au crottin

Je me suis offert le luxe de faire de petits feux à 2 reprises, en profitant de petites branches de bois mort (il y a pas mal de mélèzes ou de cèdres sur les rives du Baïkal), des chutes de bûches taillées par de précédents randonneurs, ou autre combustible au parfum délicat.

21 mar. 2016

Plaisirs de la navigation / Удовольствия плавания

En faisant tranquillement le tour de l'île d'Olkhon, je n'ai pas eu le temps de me lasser de la navigation à vélo sur les flots.

Passage entre 2 belles plaques lisses

La glace prend des formes variées selon l'historique des gels/dégels, les chutes de neige et le vent, et les contraintes mécaniques entre plaques et failles.

Aleksa, Irina Dubtsova, Xenia Larina : "Контрасты" (Igor Krutoï)

Glace avec petites inclusions de neige

Le plaisir suprême, c'est de rouler sur de grandes plaques lisses, avec ou sans inclusions de neige ou d'autres petites plaques moins translucides dessous, et... avec vent de dos. J'en ai eu, mais il m'a bien semblé que c'était pendant moins que la moitié du temps.

Cyclo qui souffle quand le vent de face se calme

On peut aussi rouler facilement sur des plaques juste légèrement ondulées, c'est très joli ces petites vagues solides.

Près du cap Koboy, nord d'Olkhon. Embruns et neige glacés. Et puis, bien sûr, il y a des zones nettement moins roulantes, mais si on se débrouille bien, on arrive à en réduire la proportion à un niveau tout-à-fait acceptable.

On rencontre généralement une zone de toross en partant du rivage, là où les vagues fracassaient les premières plaques de glace au début de l'hiver.

Mais là où les eaux n'étaient pas trop turbulentes, cela peut se réduire à un champ de tuiles blanches, plus ou moins cassantes ou lissées, où on arrive à slalomer si on a l'habitude des chemins un peu "techniques" à VTT.

Arrivée à Uzuri

Parfois, pas possible de passer à vélo, il faut longer la barrière jusqu'à ce qu'on trouve un point faible où les tas de toross ne sont pas trop hauts. Et là, finalement, ce n'est pas plus difficile qu'à pied parce qu'on peut utiliser le vélo comme point d'appui.

Une faille sur le Baïkal. Jour blanc, glace bleue

On apprend vite à progresser par petits pas, en avançant successivement un pied, le vélo, l'autre pied et ainsi de suite.

Première faille au sud de Khujir

On trouve aussi des bandes de toross plus étroites au niveau des failles. En effet, l'eau se dilate en gelant. Les plaques de glace occupant plus de place que l'eau, le surplus est obligé de se caser où il peut, en morceaux plus ou moins épais selon les plaques.

De l'autre côté de la faille.  Et d'une...

Là, faut faire un peu gaffe, surtout si il y a eu un début de dégel de surface la veille. J'ai entière confiance dans les lois de la thermodynamique : la glace, même au niveau des failles, était encore assez épaisse et solide. Mais l'eau affleure à la surface libre au niveau des failles, et on court le risque de prendre un bain de pieds (mes super-bottes ne sont pas étanches), voire plus si on se vautre là où il ne faut pas, comme ça peut arriver dans les ruisseaux glaciaires en été. Sauf que là, faut pas trop compter sécher au soleil si on se mouille...

Un vélo est passé par là Donc j'ai fait bien attention : d'abord viser les passages plus étroits, ensuite y aller dou-ce-ment, en sondant les espaces plats entre toross avec la roue avant, ou au besoin, quand la faille est plus large, en jetant un pavé de glace pour voir si ça sonne creux ou pas avant d'y mettre les pieds. Et tout s'est bien passé, je n'ai pas eu besoin de mes chaussettes de rechange + surchaussettes étanches, rangées au sommet d'une sacoche au cas où j'aurais trempé le feutre de mes bottes.

En fait, on s'habitue vite à passer les failles sans stresser (mais toujours dou-ce-ment, hein) et du coup, à faire de petits détours, y compris à travers des failles, pour avoir le plaisir de rouler sur les plus belles plaques lisses.

Piste cyclable étroite !

D'ailleurs, j'ai vu un autre truc rigolo : les zones de raccordement entre plaques de début d'hiver forment parfois de petits canaux plus lisses que les plaques adjacentes : de véritables petites pistes cyclables permettent alors de passer entre 2 zones lisses.

Petit parking non glissant

Derniers détails qu'on apprend très vite : si on veut faire une petite pause, il faut viser les petites plaques de neige restantes. Parce que la glace, ça glisse vraiment. Attention, il y a parfois des pièges : de petites plaques d'une chute de neige plus ancienne recouverte de glace transparente. Amusant... Mais on finit par les reconnaître avant de déraper dessus en descendant du vélo. Dernier détail à surveiller : même dans les zones lisses, on rencontre des soudures entre anciennes plaques qui forment de petits rails. C'est comme les rails de tram en ville, faut les franchir à peu près à angle droit.

Toross taille L au large du cap Burkhan

Bref, en résumé, c'était extra !

20 mar. 2016

Bivouac sur une île déserte / Бивуак на необитаемом острове

Rando-patineuse sur Maloe More entre Khujir et mon île déserte 20 mars : voilà, je suis revenue à la civilisation, ses hébergements surchauffés à +24°C et ses connections GSM et wifi. Donc petit repos et début des mises à jour.

Ma première étape était courte : départ vers midi, vent de face, et j'étais encore intimidée par ce nouveau terrain de jeu. Je me suis arrêtée bien avant la nuit sur cette petite île de la "Petite mer", le golfe étroit entre Olkhon et le continent.

Grand bien m'a pris, car j'ai dû dénouer à mains nues les haubans de ma tente (détail oublié dans ma check-list avant départ...).

Kongar-ol Ondar & Paul Pena : "Калдак амар" / On the other side of the mountain (album Genghis blues)

Ma tente au bord de ma plage

Ensuite comme il me restait un peu de temps libre avant la nuit, j'ai entrepris d'explorer mon île déserte. Déserte ? J'ai vu de grosses traces d'ours, non, non, je plaisante, de 4x4, qui montaient vers le sommet de mon île. Il m'a fallu 12 minutes pour atteindre ce sommet. Et là, que vois-je ?

Stupa au sommet de mon île

Une stupa, très bien, c'est calme et exotique ; et... une cabane en bois.

Ile déserte avec cabane et commodités

Dans la cabane un petit banc, quelques mégots et une boîte de croquettes pour poissons. Visiblement un refuge fréquenté occasionnellement par des pêcheurs.

Mais la météo était plutôt clémente, alors j'ai eu la flemme de démonter ma tente et, surtout, de monter tout mon barda ici. J'ai donc bivouaqué tout près du lac.

Ca m'a permis d'entendre, quand le doux bruit du vent dans ma toile de tente se calmait, les bruits de la glace qui travaille.

Zoom sur un bord de petite faille

Le son varie selon la taille des plaques de glace ou des toross, ça peut ressembler au bruit d'un verre qui se brise, ou des tuiles qui tombent, ou une bûche de bois qui se fend, ou même au grondement sourd d'un orage.

A propos, je vous recommande un petit détour par ce clip vidéo d'un groupe de percussionnistes d'Irkoutsk : ils jouent sur la glace du Baïkal. Original et étonnant !

Etnobit d' Irkoutsk : impro sur glace du Baïkal !

14 mar. 2016

Cap Burkhan / Мыс Бурхан

Comme il restait un petit peu trop de neige sur le lac pour rouler facilement à vélo à Listvyanka, j'ai rejoint Olkhon directement, sur 4 roues. Evguenyi, le chauffeur du taxi, aimait la poésie russe et les paysages de Sibérie : même quand on s'est trouvés dans un banc de brouillard, il s'extasiait sur les collines où quelques vaches dispersées grattaient la neige des clairières pour trouver un peu d'herbe surgelée.

Début de la route de glace entre Sakhyurta et Olkhon

Je n'ai pas compris tout de suite pourquoi il me parlait d'adrénaline avec un air enthousiaste quand on a franchi, de nuit, le détroit des Portes d'Olkhon, puis j'ai réalisé qu'on avait plusieurs kilomètres à faire sur la glace, et que de temps en temps, le lac engloutit une voiture.

Huun Huur Tu (Tuva) & Angelite (BG) : "Légendes du Baïkal"

Un des 2 arbres les plus photographiés de Sibérie

L'île est reliée au continent par bateau l'été, par route sur glace l'hiver, et par podushka entre temps (petits aéroglisseurs surnommés "coussins"). Et le matin, j'ai vu que le site le plus photographié de Sibérie était juste à 2 pas du village de Khujir. Je m'y suis amusée tout la journée.

Patin à glace sur la Petite Mer

Le week-end, les touristes russes viennent faire du patin, ou de la luge sur de gros pneus tractés par une voiture ou un quad. Moi j'ai joué à marcher sans crampons sur les toross, de belles plaques de glace transparente enchevêtrées. C'est très ludique.

Toross autour du cap  Burkhan

Les plaques sont parfois soudées, parfois juste en équilibre, et le seul moyen de savoir c'est d'y mettre les pieds.

Promenade dans les toross : le pied !

On avance comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Si on marche sur des plaques soudées, le pied glisse un peu et se cale dans un creux, et on continue, sinon on glisse plus et on tombe bruyamment. Le bruit ressemble à celui que feraient de grosses plaques de carrelage en tombant. C'est aussi le bruit que les plaques de glace font toutes seules quand elles se fracturent à cause des variations de température.

Cap Burkhan, carte postale N°2

L'appareil photo a survécu à ma petite promenade sur les toross. J'ai donc aussi, comme tout le monde, photographié sous toutes leurs coutures le rocher du Shaman et les totems qui dominent la jolie petite crique du cap Burkhan.

Antennes radio-fréquences et antennes shamaniques

C 'était quasiment désert toute la journée mais au coucher du soleil,

Olkhon. Cap Burkhan au coucher du soleil.

il devait y avoir au moins 2 ou 3 marshroutkas de Chinois et des 4x4 de Russes, tous visant le soleil couchant sur le rocher du Shaman.

Coucher de soleil sur le cap Burkhan

Faut reconnaître que le site est chouette...

Rocher du chamane au coucher du soleil

12 mar. 2016

Listvyanka-plage / Листвянка-Пляж

Listvyanka est la station balnéaire la plus proche d'Irkoutsk : même en basse saison on y trouve moult boutiques et distractions pour touristes.

Esquimos, chocolats glacés ? Non, maïs bouilli.

Svetlana : "По морям"

Omul frais, omul fumé, omul séché, omul chaud, filet d'omul...

J'ai pu me gaver d' omul, poisson cousin de la féra et du lavaret, frais, servi légèrement fumé et cuit à la vapeur. Vraiment délicieux ! Et comme accompagnement, pour changer des pains cubiques industriels russes, j'ai pu acheter des nans au stand plov-shashlik du bistrot tadjik d'à côté.

A part les spécimens en peluche, je ne vous ramènerai probablement aucune photo de nerpa, le phoque d'eau douce du Baïkal.

Nerpy et matrïoshki

Interdit de photographier ceux qui font le spectacle au "nerparium", et dans le lac, ils ne sont pas rares mais en sortent juste pour respirer tous les quart d'heure. Les ours dorment jusqu'en avril, à part un malheureux qu'on peut regarder dans sa cage pour 20 roubles (environ 0,26€).

Autres distractions : à l'occasion d'un tournoi de curling,

Tournoi de curling

2 petits groupes folkloriques sibériens se produisaient sur la place du port,

Groupe folkorique sibérien

et j'ai eu le banya de mon gîte (pas cher, une colonie de vacances vide ! ) pour moi toute seule. Je ne suis quand même pas allée jusqu'à louer un quad, c'est plus rigolo à vélo.

Premiers pas sur la glace / Первые шаги на льду

Спецтехника au bord du Baïkal

Ah enfin, le voilà le Baïkal gelé. Mon appareil photo a eu chaud (au sens figuré, bien sûr) : j'ai réussi à le préserver d'un atterrissage trop brutal quand j'ai fait ma première chute sur cette belle glace. Mais pour l'instant vous vous contenterez de quelques photos du smartphone, je n'ai pas de quoi transférer les "vraies" photos.

Ivan Kupala : "Зимний" (album Родина)

L'Angara sort bu Baïkal pour aller se jeter dans l'Océan Arctique.

Limite glace-eau à l'embouchure de l'Angara Venant d'Irkoutsk, je suis naturellement arrivée par la route en montagnes russes qui longe l'Angara, unique rivière sortante du lac, et qui ne gèle jamais.

La transition entre les eaux de l'Angara et la glace enneigée du Baïkal est assez brutale. Chaque jour ou presque, de petits groupes de touristes sont conduits ici et boivent des thermos de thé à quelques mètres de la limite Baïkal / Angara.

Glace du Baïkal : ça glisse ! Dès qu'on est en amont de cette limite, la glace est épaisse, dure, dense et translucide. Les petites traînées blanches sur la photo ne sont pas de rayures ni des bulles, mais de petits grains de neige emportés par le vent. Le machin noir arrondi, c'est un bout de mes bottes super-confortables.

Port de Litsvyanka : bateaux à quai et voiture sur le lac

Le Baïkal a beau avoir son micro-climat un peu moins continental que les régions voisines (un peu moins froid l'hiver, un peu moins chaud l'été), comme il est bien venté, on a vite l'impression qu'il fait frais, pour ne pas dire froid. Je crois que je vais rester près des rives : il devrait y avoir plus de coins photogéniques (et abrités du vent)...

Cabine de plage à parois translucides

A Listvyanka, j'ai pu admirer quelques sculptures pas particulièrement fines, mais que des blocs de glace aussi massifs restent translucides m'impressionne.

Beau glaçon sculpté à Listvyanka

Je me demande avec quoi ils ont coupé la glace.

Entrée de Listvyanka: pub pour le Baïkal