17 mai 2020

Dernier col avec vue sous les aigles / Последний перевал с видом под орлами

Sortie du village de Basshiy

Aïnaz Kabysheva : "Қамажай"

J'ai un peu hésité à refaire une tentative d'approche des monts Aktau, mais cela m'aurait obligée à terminer ma boucle au pas de course. Tant pis, j'ai gardé l'habitude qui avait rendu mes précédents voyages si agréables et intéressants : se laisser porter par les imprévus, plutôt que de collectionner frénétiquement les sites touristiques.

3 des 6 aigles qui volaient dans mon champ visuel, dans le nord du parc national Altyn-Emel

Les aigles me l'ont bien rendu : à l'approche des hauteurs qu'on franchit par le col Altyn Emel, ils étaient relativement nombreux par cette belle journée d'après orage.

Aigle survolant le secteur nord-ouest du parc Altyn-Emel

La position semi-allongée sur un tricycle couché, et sa stabilité intrinsèque à basse vitesse, sont idéales pour admirer le ballet des aigles royaux : j'en ai eu jusqu'à 6 volant simultanément dans mon champ de vision. Bon, OK, le champ de vision est vaste dans la steppe kazakhe, mais quand même !

Les 3 autres des 6 aigles qui volaient dans mon champ visuel, dans le nord du parc Altyn-Emel.

C'est un beau spectacle, difficile à rendre en photo : le contraste entre la relative lenteur de leurs battements d'ailes, et la vitesse de leur vol plané ou de leurs changements de direction, est impressionnant.

Route du col Altyn Emel. Aire de repos pour voitures fatiguées

Au pied du col, une vieille voiture au look typique des Volga de la fin de l'URSS s'est arrêtée juste devant moi. Toute la famille est sortie pour me saluer cordialement et m'offrir un fruit et quelques biscuits. Comme je leur faisais part de mon étonnement amusé en comptant le nombre de passagers qui venaient de descendre de la voiture, le père m'a proposé avec un grand sourire d'emporter un des enfants sur mon porte-bagages, déclenchant l'hilarité de sa petite tribu.

Montée au col Altyn Emel

Le ruisseau qui, d'après ma carte, longeait la route, était à sec sur une partie du parcours, mais je n'ai pas manqué d'eau. Quelques fermes ou yourtes isolées vendaient du kumyz, fromage ou un repas sommaire à base de shashliks.

Cimetière dans la steppe peu avant Sary Özek

La vue de l'autre côté du col s'ouvrait progressivement sur une steppe vallonnée où je me suis posée pour un dernier bivouac, puis sur la plaine d'Almaty.

Descente sur Kapchagay

J'ai traversé Sary Özek, une petite ville flanquée de quelques usines en ruine, et j'ai fait une pause de 2 jours à Kapchagay, dans un hôtel un peu excentré qui ne payait pas de mine, mais bien confortable : j'avais un petit appartement climatisé dans un préfabriqué, avec sauna dans le bâtiment d'en face et un restaurant juste à côté. Mais ma gourmandise m'a poussée à aller tester un restaurant géorgien au centre ville.

Dans une rue tranquille près du bazar de Kapchagay

Kapchagay est une station avec des casinos à la réputation sulfureuse, quelques centres de vacances qui ont plus ou moins bien vieilli,

Kapchagay : résidences de standings divers et variés

une centrale hydroélectrique et une banlieue industrielle fatiguée.

Zone industrielle de Kapchagay

Les plages du lac de Kapchagay ne sont pas super attractives, j'ai finalement préféré me relaxer à l' Akvapark, avec ses aires de pique-nique, son café-restaurant en terrasse et ses bassins avec toboggans.

Dans l' Akvapark de Kapchagay

27 mar. 2020

Dunes chantantes sous la pluie / Поющие барханы под дождем

Flanc de dune sous mes pieds

Les "dunes chantantes" sont une des principales attractions du parc national Altyn Emel, une réserve naturelle quasi désertique qui s'étend sur près de 5000 km2 entre Zharkent et le lac de barrage de Kapchagay.

Arkaiym : "Батыр"

Le compte à rebours du temps restant avant mon départ du Kazakhstan m'a incitée à prendre un taxi de Zharkent jusqu'à l'entrée du parc. Un des chauffeurs qui attendaient devant le bazar central, avec une vieille Volkswagen déglinguée, mais munie d'une galerie de toit, m'a rapidement proposé un tarif raisonnable, à peine plus élevé que mon prix de départ.

Les taksists de Zharkent aident mon chauffeur à charger le tricycle

Avec 2 de ses collègues, ils ont hissé et sanglé mon tricycle sur le toit ; je lui ai réglé mes 15'000 KZT dès la première station-service pour qu'il puisse faire le plein (une pratique courante là-bas pour les longues distances). Il m' a déposée devant le bureau des guides du parc Altyn Emel à Basshiy (ex Kalinino) et m'a trouvé une maison d'hôtes pas encore signalée juste à côté, chez Zhanna.

Le long de la route entre Zharkent et Basshiy

Zhanna est une sympathique jeune baboushka qui travaillait auparavant à l'hôtel Altyn Emel, et a eu envie de proposer un hébergement plus chaleureux et de bon rapport qualité/prix. Son mari a réaménagé une annexe en construisant 4 chambres avec une petite salle de bains toute neuve, et les repas sont servis dans la salle à manger familiale.

Le sable était à une température confortable

Je craignais de trouver une foule de touristes, mais en semaine c'est assez calme. J'ai eu de la chance : j'ai fait connaissance avec Andreas, un allemand parti d'Europe sac au dos 2 mois auparavant, qui venait d'arriver d'Almaty, et qui, lui non plus, n'avait rien réservé. On a décidé de partager une chambre chez Zhanna et un guide avec 4x4 pour 2 jours.

Parc national Altyn Emel. En route vers les dunes

Les gardiens du parc offrent couramment leurs services comme chauffeur-guide, pour un tarif d'environ 50 €/jour, entrée du parc et location du véhicule comprises, donc si on partage le véhicule ce n'est pas cher.

2 touristes autrichiens qui logeaient aussi chez Zhanna

J'avais envisagé de visiter en tricycle, mais l'état des pistes traversant une vaste zone peu intéressante, et les distances entre les sites photogéniques et les rares points d'eau dans le parc, m'en ont dissuadée. D'ailleurs, les gardiens ne m'auraient pas laissé partir seule en trike, sauf pour un aller-retour aux dunes, à cause du manque d'eau potable dans le reste du parc, et de restrictions sur les sites où le bivouac est autorisé.

Début de matinée et fin d'après-midi sont de bons moments pour flâner dans les dunes

Le guide nous a judicieusement proposé de commencer par aller voir les fameuses dunes chantantes au coucher du soleil, et de réserver une longue journée le lendemain pour visiter l'oasis de Kosbastau, et les monts Kakutau et Aktau.

La vue derrière moi en montant sur les dunes chantantes

La route entre Basshiy et les dunes commence par une longue traversée de steppe rapée et plate, sur une piste en tôle ondulée poussiéreuse que notre Lada 4x4 survolait à vive allure.

Kulans dans la steppe du parc Altyn Emel

On a aperçu en route des rapaces (dont des aigles royaux, mais pas que), quelques chameaux de Bactriane et un troupeau de kulans, une espèce protégée d'ânes sauvages.

Vue des dunes chantantes sur le parc Altyn Emel

Les "dunes chantantes" ne sont pas nombreuses, mais elles sont belles, et surtout, en y montant, on découvre des vues dont on ne se lasse pas : selon le côté où on regarde, on voit des montagnes aux roches oxydées et colorées dominant une plaine aride, des prairies vert pâle, une rivière (l'Ily), ou des montagnes enneigées (une des chaînes de l'Ala Tau). Ou un peu de tout ça à la fois : c'est beau.

Le fleuve Ily ; au fond, la chaîne Zailyskie Alatau

Par contre, les dunes étaient muettes : le vent soufflait bien, mais il ne les fait chanter que par temps parfaitement sec, et pas de chance, il y a eu un orage hier, et la météo pour demain n'est pas meilleure...

Et j'entends siffler le vent, mais aujourd'hui les dunes ne chantent pas

Le lendemain, c'est un autre gardien qui nous a emmenés en direction de Kosbastau et Kakutau. L'oasis était animé, un minibus de randonneurs russes avait déposé des campeurs entre les énormes saules de 700 ans, qui ont donné leur nom au parc Altyn Emel, et une mare d'eau douce.

Kostantau, l'oasis aux saules sept-centenaires

Sur le site de Kakutau et ses rochers rouge sombre aux formes tarabiscotées, les gros nuages gris ont commencé à nous arroser d'une pluie de moins en moins fine.

Rochers de Kakutau par temps très gris

Quelques dizaines de km plus loin, la pluie tombait en trombes. Les ornières de la piste et les moindres creux dans cette steppe habituellement aride étaient pleins d'eau, au point que le moteur du 4x4 commençait à se noyer.

L'eau projetée par les roues avant s'ajoute aux trombes d'eau de l'averse

Les toussotements du moteur et un torrent de boue barrant la piste à moins de 10 km du spectaculaire massif Aktau nous ont obligés à faire demi-tour, malgré la fin de l'averse. Dommage... Mais on était plutôt contents que le moteur accepte de redémarrer pour rentrer chez Zhanna.

On ne peut vraiment pas aller plus loin...

L'après-midi, j'ai flâné dans le village à la recherche d'une petite bière que je n'ai pas trouvée (un petit groupe de touristes autrichiens avaient dévalisé le stock la veille au soir...), j'ai fait essayer mon tricycle à quelques gamins ravis, j'ai pu discuter avec Andreas en prenant le thé, et avec une famille russo-iranienne le soir autour d'un bon lagman. Le lendemain matin, chacun repartira de son côté.

23 janv. 2020

Steppe, ma ste-e-ppe / Степюшка степь

Steppe kazakhe rapée entre Kökpek et Charyn

Bon, je ne vais pas m'étendre trop longuement sur le sujet, mais à propos d'étendue, la steppe kazakhe, c'est quelque chose. Et pourtant je n'en ai parcouru qu'une infime portion.

Ansambl Piknik : "Полюшко поле"

Troupeau de chevaux dans la steppe près de Kegen

Il y a une certaine variété : l'herbe peut être plus ou moins verte ou sèche, rase ou plus haute, ou rase avec quelques touffes hautes, ou complètement râpée avec quelques petites touffes. La route, avec en moyenne un virage tous les 5 km, peut être un excellent macadam ou une piste poussiéreuse en tôle ondulée.

Steppe kazakhe entaillée par le début du canyon de la rivière Charyn

Le point commun, c'est la rareté ou l'absence des arbres et des habitations, à tel point que quand on aperçoit quelque chose à l'horizon, on sait qu'on va mettre au moins 1/2 h pour s'en approcher, sauf si c'est le nuage de poussière produit par un véhicule qui arrive en sens inverse.

Un arbre perdu dans la steppe !

Et entre temps, il n'y aura rien d'autre à voir, à part, éventuellement, un aigle de passage. On finit par se résigner. Mais si la route est mauvaise ou en faux-plat montant, à la vitesse d'un tricycle sans assistance électrique, on finit par trouver le temps long.

Steppe rapée et piste avec tôle ondulée entre Charyn et Chundzha

Il peut y avoir un petit vent frais ou il peut faire très chaud : mon thermomètre est monté jusqu'à 46,7°C au soleil dans la région entre Charyn et Zharkent. Je sais que les relevés météo donnent la température à l'ombre, mais à quoi bon quand la seule ombre présente sur plusieurs dizaines de km est la mienne ?

Pause-pomme par 46,7°C. La cordelette entre la gourde-thermos et le porte-bidon, c'est à cause de la tôle ondulée, sinon je perds ma gourde quand ça secoue trop... Je faisais régulièrement de petites pauses pour boire un peu ou manger une pomme. Le premier litre d'eau fraîche dans mes 2 petites gourdes-thermos ne durait pas longtemps ; ensuite je buvais l'eau chaude des vaches stockées sur le porte-bagage arrière (non, je n'ai pas transporté de bétail ni puisé mon eau dans les abreuvoirs ! Je parle de mes vaches à eau Ortlieb). Et les pommes, c'est bien : douillettement rangées parmi les vêtements dans les sacoches, elles se réchauffent moins vite que l'eau sur le porte-bagages.

Mais qu'il fasse chaud ou froid ne change pas le fait qu'à la longue, on finit par se dire que les avantages qu'il y a à voyager lentement, à vélo, ne servent pas à grand-chose dans la vaste steppe, au contraire...

Altyn Emel. Piste entre Basshiy et les Dunes chantantes

Erbol Zhenisbek : "Самал тау"

Une participante kazakhe du prochain SunTrip Lyon - Canton en 2020 A petite dose, on médite un peu, et on peut en profiter pour recharger les batteries de l'appareil photo pendant qu'on vide celle du baladeur mp3.

Mais bon, c'est un peu dissuasif pour un éventuel futur SunTrip. Pourtant, ce truc est fantastique : les participants, qui ne sont pas tous de grands sportifs, parcourent près de 12000 km en moins de 100 jours, de la France à la Chine, sur des vélos à assistance électrique rechargés par panneaux solaires. Le recordman du Sun Trip en 2018 n'a mis que 46 jours pour faire Lyon-Canton, et cette même année, un autre participant a établi le record de distance en une journée : 427 km, dans la steppe kazakhe justement, avec soleil radieux et vent dans le dos ! Mais sur la distance, il y a quelques milliers de km de steppe inhabitée, et surtout, encore plus dur pour moi, dans les autres tronçons où il y a plein de distractions, il faut se dépêcher pour finir dans les temps...

1 nov. 2019

A la découverte du Ouïghouristan / Открывая Уйгурстан

Une longue journée de piste puis route m'a conduite de Charyn à Chundzha, la 2ème ville du district de Zharkent.

Zharkent. Enceinte de l'ancienne mosquée chinoise

Interprète non identifié : "Liwen yarlar" (chant uygur)

C'est une petite ville terne, peuplée majoritairement de Ouïghours (ou Uyghurs, ou Uygurs...). Le premier gars qui m'a abordée, intrigué par mon tricycle, m'a conseillé 2 adresses pour manger et dormir, et il avait l'air sympa. J'ai suivi ses conseils, et j'ai bien fait : j'ai mangé le meilleur lagman de mon périple (une spécialité à base de ragoût viande + légumes émincés, herbes, épices et nouilles fraîches).

Chundzha centre-ville...

A l'hôtel, j'ai bavardé avec une équipe de géologues-cartographes russo-kazakhs en mission. Ils venaient d'Ust-Kamenogorsk, à 1200 km au nord dans l'Altaï kazakh, et s'ennuyaient ferme le soir dans ce bled. Ils m'ont offert une bouteille de miel de chez eux, en échange de la promesse que si j'allais visiter l'Altaï, je leur rendrai visite en apportant un peu de fromage et de vin français. Ils ont été amusés quand je leur ai dit combien je payais le kilo de miel bio en France : leur cadeau prenait de la valeur !

Zharkent. Chauffeurs de taxi en attente de clients face à la sortie du bazar

Le lendemain, la pluie et la monotonie du paysage (cf prochain épisode) m'ont incitée à faire un tronçon en taxi, jusqu'à Zharkent. En proposant chaque fois un peu moins de tengue par km que la fois précédente, je m'approchais des prix non touristiques ; mais aucun chauffeur ne m'a jamais demandé des sommes exorbitantes par rapport à ce qui se pratique localement.

Loisirs actifs pour les jeunes de Zharkent : désherbage du parvis de la mosquée chinoise

A Zharkent, chef-lieu de la région uygur du Kazakhstan, j'ai commencé par visiter la mosquée chinoise. Je croyais que ce serait "très touristique", mais en fait peu de touristes viennent jusqu'ici, bien qu'on ne soit qu'à 300 km d'Almaty par la route directe.

Zharkent. Annexe de l'ancienne mosquée chinoise

Contrairement à ce que je croyais, ce n'est pas une mosquée dungane (une minorité musulmane chinoise), mais le résultat d'une lubie d'un potentat local, qui avait confié la construction de la mosquée à un architecte chinois. Le bâtiment principal est en bois peint, et les toits font plus penser à une pagode qu'à une mosquée.

Zharkent. Toit de l'ancienne mosquée chinoise

J'ai longuement flâné au bazar, encore un haut lieu du recyclage de containers ferroviaires (comme à Osh, Murghab, Khorog,...).

Zharkent. Une allée du bazar peu avant la fermeture

Zharkent. Etal de tissus au bazar central On trouve de tout, et en particulier énormément de vêtements ou d'accessoires made in China : Zharkent est à moins de 40 km de la frontière chinoise, et le poste-frontière de Khorgos est un point de transit international, surtout pour le fret.

La première famille uygur que j'avais rencontrée, dans le canyon de Charyn, m'avait spontanément tendu un smarphone avec des vues d'Ürümqi et de Kashgar sur fond de musique traditionnelle uygur, pour me donner envie de visiter leur pays. Enfin, pays, façon de parler, puisque l'Ouïghouristan n'a pas d'existence légale.

Zharkent. Une rue entre bazar et ancienne mosquée

La plupart des OuÏghours (environ 11 millions) vivent dans le Xinjiang, une province chinoise historiquement connue sous le nom de Turkestan oriental. Ils sont aussi majoritaires dans le sud-est du Kazakhstan, mais comme je vous ai peut-être déjà dit, le Kazakhstan est plein de vide, donc là, ils sont moins de 300 000.

Dans le bazar de Zharkent à l'heure de la fermeture

En résumé, les OuÏghours sont à l'origine un peuple altaïque qui a assimilé des tribus persanes, puis a été envahi par les Mongols, puis par les Chinois. De ces brassages, il reste un peuple linguistiquement et culturellement très proche des Ouzbeks (ça s'entend dans leur musique), mais devenus citoyens chinois de seconde zone. Et en me documentant à leur sujet pendant une petite averse à Zharkent, j'ai découvert que cette région d'Asie Centrale avait une histoire plus riche que je ne croyais : elle a aussi été habitée, dans l'Antiquité, par un peuple indo-européen disparu depuis, vraisemblablement venu de Sibérie, les Tokhariens.

Dans le bazar de Zharkent. Le gars avec la calotte ouzbek fait du change.

Les OuÏghours ne sont pas spécialement brimés au Kazakhstan, mais en Chine, si. Et pas de chance, le gouvernement kazakh préfère ménager son homologue chinois plutôt que les Uygurs qui se risquent à passer la frontière pour demander le statut de réfugié politique chez leurs cousins turcophones...

Une boucherie dans une rue de Zharkent

L'accueil chez les Uygurs kazakhs m'a un peu rappelé l'Ouzbékistan, et aussi, par certains côtés, le Kurdistan iranien. Les Uygurs sont bien centre-asiatiques, mais un peu moins russifiés, un peu plus souriants et avenants que les Kazakhs. Les Uygurs du Kazakhstan partagent avec les Kurdes d'Iran quelques lointaines racines culturelles (les Uygurs, turcophones, portent parfois un prénom d'origine persane, comme Azadi, Nargiz, Bakhtyar,...), et une situation géopolitique similaire. Et puis, à l'hôtel, il y avait une douchette dans les WC :-)

Passants uygurs dans le bazar de Zharkent

Bref, même si ces nuances seraient peut-être à peine perceptibles pour un voyageur non familier avec les cultures d'Asie centrale et d'Iran, j'ai apprécié mon petit détour en terre ouÏghoure, sans la pression de l'administration chinoise qui maintient sa "province autonome uygur" du Xinjiang sous surveillance étroite, un peu comme la Turquie le fait pour ses Kurdes, mais avec les redoutables moyens industriels de la Chine...

Zharkent. Automate des télécomm kazakhes avec son mignon petit rideau pare-soleil

12 sept. 2019

Charyn - la route des châteaux / Чарын - долина замоков

Au pied du col Alasa, on peut bifurquer vers l'est sur un bout de route toute neuve qui se transforme en piste après une dizaine de km.

Gaukhartas : "Қазағым-ай"

Entrée du parc national du Canyon de Charyn. Mon ticket d'entrée est à 752 KZT, un peu moins de 2€

Elle mène à un des sites naturels classés du Kazakhstan : le parc national du canyon de Charyn. Contrairement à la steppe plutôt aride qui l'entoure de toutes parts, ce canyon n'est pas très étendu, mais il est très photogénique.

Soldat kazakh en tenue de camouflage. Il y avait des exercices de tirs à environ 20 km en amont

Après le poste de garde où on paie un ticket d'entrée, on tombe sur une enfilade de 2 ou 3 parkings avec vue sur le canyon ; des camping-car 4x4 de touristes y sont postés, ainsi qu'un marchand ambulant de boissons fraîches.

Nous étions au bord du gouffre, mais depuis, nous avons fait un grand pas en avant

Ensuite, à pied ou à vélo, on peut descendre jusqu'à la rivière Charyn, en passant par la "Vallée des châteaux".

Un des accès à la vallée des Châteaux

Le tronçon amont de la piste est VRAIMENT raide... Le tronçon raide en début de descente est impressionnant, surtout quand on pense qu'il va falloir le remonter, ou plutôt, qu'il va falloir remonter le tricycle et les sacoches au retour...

Mais assez vite, la pente s'adoucit et la piste serpente entre des blocs et des colonnes rocheuses sculptées par l'érosion. Magnifique avec l'éclairage de fin d'après-midi, et pas mal aussi en début de matinée.

Même sans filtre polarisant (perdu dans les Tian-Shan...), en fin d'après-midi c'est chouette !

C'est un vrai festival, et admirer tout ça en se laissant glisser sur une chaise longue, c'est magique !

Après le tronçon raide, ça devient très agréable de rouler vers l'aval de la vallée des châteaux

OK, la piste est un peu ensablée et il faudra pousser au retour, mais peu importe...

Canyon de Charyn vu d'en bas

Et tout en bas, on trouve des arbres, une aire aménagée avec quelques bungalows et yourtes de location, un café-restaurant, des emplacements pour quelques tentes, et même une mini-plage.

La mini-plage à 2 pas du camping, au fond du canyon de Charyn

C'est tellement chouette que j'y ai passé quasiment 2 jours, en compagnie de Géraldine et Erwan, et Aurélie-Anne et Daniel, respectivement cyclo- ou pédi-voyageurs belges et canadiens.

Ca fait du bien de se rafraîchir dans le lit de la rivière Charyn

Je me suis baignée, et j'ai remonté mes grosses sacoches un jour, en profitant d'un tronçon desservi par une navette-taxi Lada Niva 4x4,

Canyon de Charyn. Navette-taxi Lada 4x4 et touristes dans la vallée des Chateaux

puis mon trike le lendemain, après une nuit tranquille dans un des petits bungalows. Tout remonter en une fois, ça aurait été rude...

En passant à pied, on peut plus facilement explorer les recoins de la vallée

J'ai récupéré mes sacoches à la cahute des gardiens, et en route pour Zharkent. En effet, après avoir bavardé avec 2 familles uygures rencontrées par hasard dans le canyon, j'ai décidé de changer d'itinéraire.

Bloc sculpté et bousculé par l'érosion. Combien de temps tiendra-t-il encore ???

Au lieu de revenir à Almaty par la petite route de montagne entre le lac Bartogay et le plateau d'Assy, un peu au nord de la frontière kyrgyze, je reviendrai en faisant une boucle par Chundzha, Zharkent, le parc national Altyn Emel et le lac de barrage de Kapchagay. Un peu à cause des prévisions météo (grosses averses prévues en montagne), et un peu pour découvrir ces Uygurs dont je ne connaissais pas grand chose.

Ekopark au fond du canyon de Charyn

21 août 2019

Jour de fête / Праздничный день

Dès mon retour au Kazakhstan, j'ai pu remarquer, comme à l'aller, quelques différences entre les 2 pays riverains.

Troupeau de chevaux dans la steppe entre Kegen et Karkara

Kerwan : "Қара жорға"

Steppe entre Kegen et la frontière kyrgyze

Ici, moins de touristes, herbe un peu moins verte, mais malgré cela niveau de vie plus élevé : moins de vieilles Lada et plus de voitures japonaises, plus de WC à l'occidentale et de mitigeurs dans les douches, agriculture plus mécanisée, troupeaux de chevaux plus gros, bankomats même dans de petites villes...

Cimetière d' Ak-Say dans la steppe kazakhe entre les cols Kegen et Alasa

Le fait que les touristes sont nettement plus dilués au Kazakhstan est plutôt agréable : les gens du coin m'abordent par curiosité plus que pour vendre un service ou un gîte ; on me demande souvent si mon tricycle a une assistance électrique, alors que les Kyrgyzes me demandaient d'abord combien ça coûte.

Départ du bivouac 3* au bord de la rivière Charyn

Des automobilistes m'ont même à 2 ou 3 reprises offert du ravitaillement en cours de route : fruits, biscuits, ou même une boîte de petits chocolats à la marmelad que j'ai préféré abandonner dans le frigo du gîte suivant, j'avoue...

Descente sur la rivière Charyn en amont du canyon

Et puis, j'abordais 2 étapes faciles, avec, enfin, nettement plus de descente que de montée.

Vue du col de Kegen, versant nord

Au sommet du premier col, un gars me fait signe et m'appelle : il me propose une pause-thé. Ça tombe bien, j'ai soif ; et puis, un thé en Asie centrale, ça ne se refuse pas. Et là, surprise, en guise de thé, c'est un repas complet qui m'attend : beshbarmak (spécialité à base de viande de mouton et de patates, dont le nom indique qu'on a le droit de manger avec les doigts), salade, beignets, fruits, thé, kumyz (le fameux lait de jument fermenté), vodka...

Repas de fête au col Kegen

J'ai invoqué le régime imposé par ma récente gastro pour limiter la quantité de choses à ingurgiter. J'ai échappé à la vodka, mais pas au gras de mouton : "avec du kumyz, ça passe tout seul" , m'a expliqué ma voisine de table en m'en resservant un verre... Bon, le mouton et le kumyz étaient tous deux bien frais, c'est passé.

Après le repas, on danse !

Après j'ai dû porter un toast (en russe), j'ai remercié cette grande famille pour son hospitalité. On m'avait expliqué, pendant que je dégustais mon beshbarmak, que ce repas faisait partie des préparatifs d'un mariage.

Le musicien du mariage kazakh était kyrgyze

La famille du futur marié, sans lui, allait chercher la future mariée dans sa famille à Kegen, pour la ramener à Almaty où le mariage serait célébré dans une dizaine de jours. Mes hôtes ont ensuite dansé un peu au son de l'accordéoniste-chanteur et on est repartis chacun dans notre direction.

Descente du col de Kegen. Au fond, la steppe entre les cols Alasa et Kegen.

J'ai ensuite eu un peu de mal dans la remontée du col Alasa, mais les 2 descentes de cols et le grand faux-plat descendant sur un tronçon de route toute neuve et lisse jusqu'au parc national du canyon de Charyn étaient super.

Steppe de plus en plus rapée, mais ici ça roule tout seul !

J'ai même parrcouru avec plaisir un tronçon de steppe pelé où les aigles ne volaient près de moi que quand l'appareil photo était éteint au fond de sa sacoche.

Un aigle posé au bord de la route quelques mètres devant moi

15 août 2019

Un petit saut au Kyrgyzstan / Небольшой прыжок в Кыргызстан

Je savais avant de partir (et la charmante hôtesse au comptoir Turkish Airlines de Cointrin le savait aussi) que sans visa, je n'avais pas le droit de rester plus de 30 jours consécutifs au Kazakhstan, alors que je suis partie pour 33 jours.

Etal de pastèque dans le bazar de Karakol

Kudaibergen ansambl : "Конил кұй"

J'avais décidé de faire un petit détour au Kyrgyzstan voisin pour réinitialiser mon compteur des 30 jours : on peut aussi entrer au Kyrgyzstan sans visa pour les séjours < 30 jours, la frontière n'est qu'à 30 km de Kegen, et le lac Yssyk Kul à 120 km, avec au passage un col à + de 2000, facile vu que Kegen est déjà à presque 1800m.

Abords du col de San-Tash. C'est plus vert qu'au Kazakhstan

A l'aller, j'ai passé la frontière en heure creuse, vite fait. Le plus long était d'attendre que les policiers kazakhs puis kyrgyzes essaient mon vélo à 3 roues en se photographiant les uns les autres (moi, j'avais pas le droit de prendre de photos). Au retour, y avait un peu de queue, à cause des Kazakhs qui rentrent de leur week-end au lac, mais le tricycle a été autorisé à dépasser les voitures donc je n'ai pas trop attendu.

Poste frontière de Karkara

Le reste du détour m'a pris un peu plus longtemps que prévu, à cause de quelques dizaines de kilomètres de pistes pas très roulantes (en passant, j'en profite pour rendre grâce à la suspension du trike AZUB Ti-Fly, elle amortit bien), et d'une petite tourista vraisemblablement causée par de la mayonez qui avait pris un coup de chaud. Mais cette semaine au Kyrgyzstan était bien agréable.

Un entraînement de kök börü (ou boozkachi) à San Tash : but !

Les Kyrgyzes sont culturellement et linguistiquement très proches des Kazakhs, mais leur pays est tout petit, et on y trouve une multitude de paysages variés sur de courtes distances, contrairement au Kazakhstan où cette variété s'étale sur des milliers de kilomètres. Le Kyrgyzstan est donc, logiquement, devenu nettement plus touristique. Et comme il n'a, contrairement au Kazakhstan, pas d'énormes ressources minières et pétrolières, eh bien on y exploite les touristes, mais ça reste raisonnable pour un touriste de la zone euro.

Le bazar central de Karakol

Ainsi à Karakol, point de passage de hordes de touristes, j'ai créché pour 1500 sums (20€/nuit) chez Svetlana, qui tient un gîte propret et très confortable appelé Argo Dom : chambres impeccables avec douche à l'italienne, couette en duvet, p'tit-déj copieux et savoureux, et seulement 500 sums le supplément banya avec thé inclus (il y a bien moins cher, un peu moins de 10€/nuit dans les "hostels" avec WC et douche communs)

Aigles-volants synthétiques au-dessus d'une plage kyrgyze

Et puis, il suffit de sortir un peu des itinéraires touristiques classiques pour trouver des coins calmes ou fréquentés quasi exclusivement par des gens du coin.

Cimetière de Boz-Beshik. Au fond, chaîne des Terskey Ala Tau

J'ai ainsi pris un premier bain très tranquille sur la datchniy plyazh, la plage du coin des datchas à Mikaïlovka. Piotr, un retraité russe veuf depuis 2 ans, m'a tenu compagnie et m'a conseillé une autre petite plage à l'eau plus claire, un peu plus loin entre 2 vergers.

La plage des datchas â Mikhaïlovka

Ensuite, je suis tombée un peu par hasard, en suivant les indications de 2 villageois de Ak-Döbö, sur une plage très animée avec de nombreuses familles kyrgyzes en week-end.

Plage fortement fréquentée par les locaux le week-end, environ 35km à l'ouest de Karakol

J'ai assisté à une fête célébrant les premiers pas de la petite dernière d'Adilet. A cette occasion, on entrave symboliquement les pieds du bambin avec un double fil de laine noire et blanche,

La petite dernière d'Adilet dont on fête les premiers pas, et à sa gauche, le gros lot de la journée : un mouton

et au moment de couper ce fil à la patte, les invités et autres passants participent à une course dont le bambin est la ligne d'arrivée, et dotée de divers lots, selon la catégorie de coureurs :

La course, catégorie Dames, avec des plats et divers ustensiles de cuisine à gagner

petits garçons, petites filles, hommes, et femmes.

La course pour le mouton à l'occasion de la fête des premiers pas de la fille d'Adilet

Le gros lot, pour l'homme le plus rapide, était rien moins qu'un mouton encore vivant, destiné à devenir assez rapidement kurdak, beshbarmak et autres shashliks.

Le gagnant de la course repart avec le gros lot : un délicieux mouton

Dès la fin de cette festivité, mon tricycle est naturellement devenu la principale attraction de la plage.

Et c'est parti pour une longue séance d'essais de tricycle et/ou de photos sur la chaise longue à pédales

J'avais pas le temps de souffler. Fallait que je donne quelques consignes : non, on ne tire pas le velosiped par les gaines de frein, on ne le pousse pas par les garde-boue, on ne monte pas à plus de 2 à la fois sur le siège, et le porte-bagages est réservé aux enfants de moins de 30 kilos, etc. Parfois on me demandait d'arbitrer sur qui ferait le tour suivant.

Trop petit pour atteindre les pédales ? Ce n'est pas un problème !

Elim, un brave gamin désireux lui aussi de piloter l'engin, est même venu timidement me demander si c'était gratuit. Ca faisait plaisir de voir sa mine réjouie au guidon de ma chaise longue à pédales. Par contre, les yourtes sur la plage n'étaient pas du tout gratuites, et si j'avais discuté le tarif avant d'y passer la nuit, je crois bien que j'aurais plutôt planté ma tente...

Yourte payante au prix d'un hôtel chic

Pour me remettre de cette trépidante journée, je suis allée me reposer au pansionat Marko Polo, une quinzaine de km plus à l'ouest.

Plage privée du pansionat Marko Polo, près de Boz-Beshik

Là, ce n'est pas le même public. Ma chambre avec balcon au pansionat Marko Polo. Admirez particulièrement la découpe de la moquette au niveau du seuil du balcon. En gros, c'est une résidence de luxe ex-soviétique rénovée, avec un parc verdoyant et une plage privée équipée de chaises longues sans pédales mais avec parasols, et avec un banya au bout d'un ponton en bois, pour pouvoir sauter directement du sauna dans le lac.

J'y ai passé 3 jours pour profiter du lac, et pour digérer la mayonnaise daubée du premier repas en pension complète...

Plage du pansionat Marko Polo vue depuis le quai du banya

Après cet intermède balnéaire, j'ai pris le chemin du retour, partiellement en taxi pour ne pas passer trop de temps sur la tôle ondulée entre Sary-Tölögöy et Karkara. Bye bye Kyrgyzstan. Oydon, mon chauffeur de Karakol à Karkyra Le chauffeur Oydon était intéressant, ancien apparatchik communiste, cultivé, plein d'entrain et d'humour, et plutôt content de pouvoir causer à un touriste occidental qui parlait russe. Quand je lui ai expliqué que j'avais un vélo aussi spécial à cause d'un accident qui m'avait laissé quelques séquelles évaluées à 10% d'invalidité, il m'a répondu qu'il mériterait lui aussi 10% d'invalidité vu qu'il avait 10 ans de plus que moi... Et il a continué à chanter.

Steppe dans la région frontalière Kazakhstan / Kyrgyzstan. Elevage de chevaux, vaches, moutons, et abeilles

3 août 2019

Intermodalité dans les Tian Shan / Интермодальность в горах Тянь-Шань

Les montagnes, c'est tau en kazakh ou en kyrgyz, et shan en chinois ; mais ici comme au Kyrgyzstan, le massif des Tian Shan porte ce nom chinois qui signifie montagnes célestes.

Camp de base Mramornaya stena. Pic Bayanköl (ou un de ses voisins)

Kerwan : "Örüldük biz her yana"

Un des buts de mon voyage est de voir la face nord du Khan Tengri, un des 5 "7000" de l'ex URSS, et point culminant du Kazakhstan. Elle est difficile d'accès depuis le Kazakhstan : pour aller au camp de base nord, il faut soit franchir un col glaciaire bien raide (totalement exclus dans mon état) à + de 5000m, soit passer par le Kyrgyzstan en hélico pour remonter la branche nord de la vallée du glacier Enylchek. Je ne pourrai donc pas voir la face nord d'aussi près que la face sud en 2013. Je m'en contenterai.

Route de Narynköl. En face, la Chine.

Mon itinéraire consiste à remonter la vallée de Bayanköl, en direction du point triple Kazakhstan / Chine / Kyrgyzstan. Pour cela, un permis zone frontière est évidemment requis. J'ai donc fait appel à une agence d'Almaty qui m'a proposé de me joindre à un petit groupe qui avait justement prévu d'aller au Kitaïski pereval (en russe, le col chinois, 3980m) et au pic Astana (4550m), depuis le camp de base Mramornaya stena, appelation due à la belle paroi de marbre en face nord du pic portant ce nom (≈5700m).

Mramornaya stena, le mur de marbre (6400m) vu de son.camp de base

Première partie du trajet : en trike jusqu'à Kegen, par le col du même nom. Deux cols, à environ 1400m puis 1900m, permettent de passer de la steppe à 700m à une steppe à 1700m, un peu moins sèche et moins chaude.

Un arrêt d'autobus typique dans la steppe kazakhe

Steppe près de Kegen On franchit en passant un creux qu'il faut immédiatement remonter : l'extrémité amont du canyon de Charyn, au fond duquel on trouve quelques super coins de bivouac ****. Même si j'ai dû partager mon coin avec Zoïa et Petya, un sympathique couple de retraités russes d'Almaty, c'était super tranquille. Zoïa et Petya n'ont pas eu de chance : contrairement à leur précédent bivouac ici, ils n'ont pas attrapé de truite, et surtout leur matelas pneumatique fuyait...

Bivouac **** dans le canyon de la rivière Charyn

Juste avant le bivouac suivant, 350m sous le col Kegen, j'ai croisé un minibus de randonneurs kazakhs qui revenaient enthousiastes de Bayanköl. Ils m'ont offert une bonne rasade de kumyz (lait de jument fermenté) et j'ai eu droit à une N-ième séance de photos avec le tricycle.

Petite pause au col Kegen. Je vais boire un thé pendant que Sharbat et ses amis essaient le trike

A Kegen, je m'attendais à trouver l'unique petit hôtel presque vide, mais non : c'est une étape pratique pour les voyageurs qui font une traversée ou une boucle entre Kazakhstan et Kyrgyzstan (dont plusieurs cyclistes en partance ou en provenance de la route du Pamir). J'ai donc dû faire un peu la queue à l'unique douche, mais bon, c'était propre et l'eau chaude était bien chaude ; presque trop , vu que le mitigeur à la russe passait de glacé à brûlant en une petite fraction de quart de tour..

Ma chambre à l'hôtel Kegen. La patronne a tenu à rentrer le trike dans le hall d'entrée

Le lendemain, mon guide Anna et sa petite équipe, partis le matin même d'Almaty, passent me prendre. J'ai donc fait le trajet Kegen - Bayanköl - Zharkulak dans un gros 4×4 Toyota que Sergey conduisait à vive allure sur une route ondulée puis carrément défoncée, en écoutant des chants cosaques en version hard-rock. Impossible de viser et prendre des photos en route, ça secouait trop.

Narynköl. Steppe au pied des Tian Shan.

On a dû s'arrêter plus de 1 h en route pour des formalités liées aux permis zone frontière, à Narynköl puis au poste de contrôle de Bayanköl.

Poste de contrôle de la zone frontière de Bayanköl

La zone frontière est délimitée par des kilomètres de clôture barbelée, et admirez le soin du détail : on peut y voir quelques épouvantails en uniforme de garde-frontière disséminés dans les champs ou sur des miradors, en plus des vraies patrouilles.

Vallée de Bayanköl en amont du poste de contrôle des pogranitchnii

Au détour d'un virage sur la piste, la voiture d'Anna stoppe : il est là !

On le verra mieux au téléobjectif : au fond, le Khan Tengri, face nord.

Pause photo, le Khan Tengri (7010m) dépasse tout le reste à l'horizon. On ne le reverra plus ensuite...

Zoom sur le Khan Tengri. Il n'est visible que depuis un très court tronçon de la vallée de Bayanköl

Au bout de la piste à Zharkulak, Serdzhan nous attend avec 2 chevaux. Ce sont ces braves bêtes qui vont porter nos sacs à dos, et les gros sacs isothermes de viande que la guide devait livrer pour alimenter le camp de base.

Bout de la piste et début du chemin à Zharkulak

Et nous, on part à pied. Aydar portait un petit sac à dos complet de matériel photo-vidéo Il ne faudra pas longtemps pour que la guide Anna remarque que je suis plus lente que le reste du groupe. Le contraire aurait été étonnant : Anna, Dilia et Laura sont 3 triathlètes qui courent aussi le marathon, et le photographe Aydar est un trapu tout en muscles. Et comme on démarre tard, pour éviter de devoir monter un grand tronçon de nuit, la solution s'impose : les sportifs marcheront vite, et moi je vais rejoindre les sacs sur le second cheval.

Montée au camp de base, vue de mon cheval

J'étais moyennement rassurée par cette proposition, vu que je n'ai jamais fait de cheval, mais j'ai rapidement constaté que c'était sans risque. Déjà, chargés comme ils étaient, les chevaux n'avaient aucune envie de faire des embardées ; et en plus ils étaient encordés, c'est donc Serdzhan et le premier cheval qui conduisaient.

Vue sur Serdzhan et le cheval de tête, et premier aperçu de Mramornaya Stena

Du coup, j'ai trouvé la montée bien agréable, surtout le tronçon oû le chemin serpente entre de petits buissons épineux : les plantes m'arrivaient à peine au mollet. Il fallait juste que je sois attentive pour ne pas perdre l'équilibre quand le cheval franchissait des marches, ou s'encoublait dans la corde reliant les 2 chevaux. Mais on s'y fait vite. Et presque sans effort, je suis arrivée 1/2 h avant les triathlètes marathoniens, qui, comme prévu, ont fini à la frontale.

Arrivée au camp de base Mramornaya stena

Le lendemain et le surlendemain, par contre, j'ai marché. Les 2 guides Anna et Dima (on a rejoint un autre groupe de la même agence) avaient prévu une rando d'échauffement au Kitaïski pereval. On s'est arrětés au pied de l'éboulis terminal, à environ 100m de la frontière chinoise.

Arrivée sous le Kitaïski pereval

Quand j'ai suggéré que ce serait chouette d'aller se promener en Chine sans visa, un des Russes du groupe m'a répondu ironiquement "Oui, oui, tu peux, mais seulement une fois"...

Arrivée et pause sous le Kitaïski pereval

Et le surlendemain, après de longues palabres, redescente, car les prévisions météo étaient pourries pour les 5 prochains jours : L'edelweiss n'est pas une espèce rare dans les Tian Shan pluie (on a déja eu une grosse averse le 2ème soir) puis neige y compris au camp de base...

Enfin, même s'il avait fait beau, je crois bien que je ne serais pas arrivée au sommet du Pik Astana (anciennement Krugozor) : 2 demi-journées de marche rapide sur moraine avec bâtons + petit sac à dos ont commencé à réveiller les douleurs épaule droite + poignet gauche qui m'ont tellement enquiquinée pendant les mois qui ont suivi mon accident de mars 2017...

Après la redescente à pied, retour à Kegen entassés à 5 dans le moins gros 4x4 Nissan d'Anna, avec des bagages plein le coffre et sous, entre et sur nos jambes (on rapatriait des tentes du camp de base en plus des 5 sacs à dos, et le gros 4x4 de Sergey n'était plus là).

28 juil. 2019

Au pays des aigles / В странe беркутов

Je vous donnerai un aperçu d'Almaty quand j'y reviendrai, après ma virée dans la steppe et la montagne.

Juan, cyclo-voyageur argentin dans la pampa kazakhe

Asylbek Ensepov : "Великая степь "

J'ai consacré mes 2 premières journés à la récup de sommeil + décalage horaire et aux préparatifs : remontage du trike sous les regards intrigués et amusés d'Aydar (un biznesman de Karaganda en voyage d'affaires) et de la réceptionniste, dépose du sac à dos que je retrouverai avec mon guide à Kegen, premier contact avec la gastronomie locale dans un restau kazakho-russo-coréen (émincé de cheval au wok, pas mal du tout), et enfin relaxation au banya de l'hôtel.

Avant l'effort, le réconfort. Sauna de l' hôtel Resident à Almaty

Pour mon départ, la réceptionniste Venera m'a judicieusement conseillé d'aller à l' avtovokzal Sayakhat plutôt que d'appeler un taxi. Ce n'est pas la principale gare routière d'Almaty mais je n'ai eu aucune peine à trouver un taxi à grand coffre pour un prix correct (le tarif varie de 20 à 30 € les 100 km, selon le véhicule, le chauffeur, et les chances qu'il trouve des passagers pour le trajet retour). En chemin il a fait le plein de GPL (70 KZT soit moins de 20 centimes le litre...) et une pause au dernier bazar avant la steppe.

Parking dans la steppe kazakhe. Pont pour vidanger le moteur et WC sans eau.

Premières impressions de cycliste sur la route : le Kazakhstan, c'est grand ! Ce qui apparaissait comme une simple vallée sur ma carte du pays est une large steppe avec quelques montagnes à l'horizon de part et d'autre.

Steppe au sud-est d' Almaty. Les montagnes visibles à l'horizon appartiennent aux diverses chaînes des Ala Tau.

Pendant ma première demi-journée de pédalage, aucun risque de surmenage des poignets : en moyenne un virage tous les 5 km.

Vue de ma chaise longue

Par contre, avec mon enclume à 3 roues et son chargement, je sens vite que la steppe du sud-est du Kazakhstan n'est pas parfaitement plate : les faux-plats successifs font efficacement baisser ma vitesse moyenne.

Steppe kazakhe, variante faux-plat montant avec vent de face. Au fond, le premier village sur la route depuis 50 km.

Un des 2 aigles qui survolaient mon bivouac *** en amont du canyon de Charyn J'ai donc tout mon temps pour admirer le vol des aigles, en position semi-allongée sur le trike c'est confortable. J'en ai vu un qui s'entraînait ou s'amusait à enchaîner les phases finales de piqué, pattes et griffes tendues en avant puis remontée immédiate : impressionnant mais difficile à photographier ! L'autre aigle qui survolait mon bivouac *** en amont du canyon de Charyn

Petite remarque pour les russophones : les aigles que j'ai vus étaient presque tous des aigles royaux, dont le nom russe berkut est d'origine kazakh.

Au prochain épisode, j'arrive dans les montagnes (le blog est déjà en retard sur moi, je profite de mes vacances!). Et je complèterai en photos plus tard : en voici quelques-unes.

Zoom sur les aigles 1 à 3 de l'escadron de 6. Parc national Altyn-Emel

23 juil. 2019

Almaty via Istanbul / Алматы через Стамбул

Voilà, je suis arrivée à ma prochaine destination, que vous aviez reconnue grâce aux indices de l'article précédent : le Kazakhstan,

Ulytau : "Ақжелкен"

et plus précisément pour commencer, son ancienne capitale Almaty, que les Kazakhs russes âgés continuent d'appeler Alma-Ata (alma, en kazakh, c'est la pomme). Pas encore eu le temps de visiter la ville, mais j'ai passé en chemin prés de 5 h dans le tout nouvel aéroport d'Istanbul, excentré au nord de la ville.

Un des halls du nouveau Istanbul Great Airport

Je n'ai pas essayé de compter s'il avait encore plus de portes d'embarquement, mais la surface est a l'évidence plus grande car la foule habituellement dense est diluée dans des allées spacieuses. Les premiers WC le long de l'immense galerie des arrivées étaient à la turque et avec douchette :-) . J'ai retrouvé les boutiques duty-free qui offrent des dégustations de loukoums (j'aime bien ceux à la rose, et pistache-grenade) et testé les nouvelles banquettes des salles d'attente.

Banquettes matelassées le long deswallées du nouvel aéroport d'Istanbul

Elles ne sont pas toutes, loin s'en faut, optimisées pour qu'on s'y allonge (forme en arc de cercle, ou parfois accoudoirs en travers) mais j'ai fait une sieste confortable.

Enfin, arrivée du 2ème vol à l'aube à Almaty. J'ai pu remarquer une grande diversité parmi les passagers de la file réservée aux passeports kazakhs : type russe, mongol, chinois ou japonais, avec bien sûr tous les mélanges possibles. Et une rareté qui ne semble pas si exceptionnelle ici : des Kazakhs métis blonds aux yeux bleus avec des traits de type mongol très marqués.

Avec l'opion parasol :-) La fatigue et le manque d'entraînement aidant, j'ai confondu un billet de 10000 avec un de 1000 KZT, le bagagiste-porteur-rabatteur du taxi a mieux gagné sa journée que le conducteur... Enfin, il a dû faire un effort pour traîner et hisser jusque dans le coffre mon encombrant et pesant bagage spécial : mon nouveau tricycle couché à suspension intégrale et châssis pliant, dont je parlerai quand j'aurai suffisamment roulé avec.

Emballage en cours. Même pliant,c'est bien encombrant

29 juin 2019

Ma prochaine destination / Мое следующое направление

Ce n’est pas…

Ses habitants étaient des nomades cavaliers pratiquant le chant de gorge diphonique et la chasse à l’aigle, mais ce n’est pas la Mongolie.

Kerwan : "Kөшпендилeр"

Drapeau du ...-stan C’est un grand exportateur de pétrole et de gaz, mais ce n’est pas un pays du Golfe Persique. C’est un pays à cheval sur 2 continents et où on parle russe, mais ce n’est pas la Russie. C’est un pays turcophone à cheval sur 2 continents, mais ce n’est pas la Turquie.

C’est…

un pays en –stan qui manque encore à ma collection, et le plus grand d'entre eux. C'est la terre natale des premières pommes. C’ est le premier producteur mondial d’uranium.

Point culminant du -stan où je vais cet été, vu depuis le -stan voisin : face sud-ouest du Khan Tengri

Le pays est constitué à 80% d' immenses steppes, mais son point culminant est à 7010 m. Je verrai peut-être sa face nord, mais probablement pas de cavaliers dresseurs d’aigles : il en reste dans le nord-est du pays, mais cette fois je visiterai seulement le sud-est ( le pays est grand comme 5 fois la France ).

L’avez-vous reconnu ?


Au fait, finalement, j'ai aperçu la face nord de ce point cumimant, et j'avais envie de mettre les 2 faces (la face sud-ouest kyrgyze, et la face nord-ouest kazakhe) sur une même page pour voir.

Le voilà : Khan Tengri. Il n'est visible que depuis un très court tronçon de la vallée de Bayanköl

La face est, c'est compliqué : pour la voir il faudrait monter une expédition dans le Xinjiang chinois...

27 juin 2019

Retour Dagestan - Géorgie / Прощай Дагестан

Il serait temps que je termine les mises à jour, avant un nouveau départ...

Zaynab Makhaeva : "Единственный"

Alors en résumé, à Gunib, j'ai visité les environs : musée ethnographique ; mémorial dédié aux combattants des Guerres du Caucase, et en particulier à l'imam Shamil qui avait négocié un traité de paix conférant au Daguestan un statut particulier aux marches de l'empire russe ; un petit parc régional avec un élevage de daims.

Vallée de Salta, le long de la petite rivière Bakdakuli

Arsen, une connaissance de Zimfira, m'a guidée jusqu'à la très originale cascade de Salta, à environ 1 h de route de Gunib.

Saltinskiy vodopad, une curiosité naturelle accessible par un chemin qui se perd dans le lit du ruisseau

Le chemin à Saltinskiy vodopad s'enfonce dans un étroit canyon Cette cascade a creusé plusieurs strates de roche pour se frayer un passage souterrain quasi vertical avant de redevenir un ruisseau à l'air libre. On y accède en remontant à pied le lit du ruisseau.

Arsen et moi avons ensuite été invités pour thé + goûter par un sympathique papi tout fier de parler quelques mots d'allemand et de me faire visiter le terrain avec le monument dédié aux victimes de la "Grande guerre patriotique" (la 2ème guerre mondiale), qui, comme dans toute la Russie et l'ex URSS, comporte une liste de noms relativement longue par rapport à la population locale.

L'école du village de Salta : contre l'extrémisme, le terrorisme et la toxicomanie.

Enfin, la fin des vacances approchant à grands pas, retour rapide : Zimfira m'avait trouvé un taxi partagé jusqu'à Levashi. J'ai ensuite repassé le col Nagrelabek, en sens inverse, cette fois sans pluie ni brouillard, et youpiiiii, 50 km de descente jusqu'à la Caspienne. La route était un peu rugueuse : c'est pendant cette descente que mes poignets m'ont convaincue de choisir un modèle intégralement suspendu pour mon prochain trike.

Petite pause dans l'échoppe de Munia J'ai fait une pause à Sergokala : je cherchais un petit restau mais panne d'électricité au village, aucun four à shashliks ou à tchudu ne fonctionnait. Munia m'a proposé de manger une soupe avec elle dans son petit magasin de pastèques et a refusé que je paie (j'ai demandé 3 fois...).

Entrée d'Izberbash. La boucle est bouclée.

De là, retour à Izberbash, dernier bain de mer, puis taxi pour Vladikavkaz, en passant comme à l'aller par la riante Tchétchénie avec le trike sur le toit de la petite Lada, la même qu'à l'aller. Le conducteur Abdullakh m'avait laissé son numéro de téléphone et attendait de pied ferme que je le rappelle pour le retour.

Il m'a déposée au poste frontière de Verkhnyi Lars, et là, ma commande de changement de vitesse a partiellement lâché. J'ai fait du camion-stop et je suis arrivée à Kazbegi dans le camping-car de Walter et Svetlana, un couple italiano-russe installé en Allemagne. Heureusement, car franchir les tunnels en tricycle aurait été infernal, limite suicidaire : ça bouchonnait, avec une longue file de camions dans chaque sens, plus des voitures qui essayaient de se faufiler au moindre élargissement et qui coinçaient ensuite la circulation. L'horreur...

Le lendemain matin, je suis arrivée miraculeusement à remettre en place la commande du changement de vitesses : ouf, j'ai pu franchir le col Djvaris !

Entre Kazbegi et le col Djvaris

J'y suis montée tout doucement, puis de nouveau, youpiiii, une grande descente jusqu'à la vallée de l'Aragvi. Juste avant d'arriver dans la plaine, je me suis posée dans un minuscule relais routier et j'ai appelé Giorgi pour terminer en taxi : pas trop envie de me risquer en tricycle sur les voies express d'entrée de Tbilissi...

Tbilissi, le centre ancien rénové et les thermes Tchreli Abanos.

Jgufi Bani : "მალიქა " (Maliqa - adzharuli)

Pour ma dernière journée à Tbilissi, je suis retournée aux thermes, avec cette fois l'option "massage sportif" : pas mal aussi. Mes hôtes, des Géorgiens d'origine arménienne, m'ont dit qu'ils avaient bien apprécié le petit cadeau que je leur avais apporté en arrivant il y a 1 mois, pour les remercier de m'avoir réservé une chambre sans versement d'acompte : du Brie truffé. Un de leurs oncles avait travaillé en France, ils connaissaient déjà quelques fromages français mais pas celui-là, et ils ont aimé !

Tbilissi. Immeubles typiques du centre historique

Pendant une excursion en minibus promène-touristes jusqu'à Sighnaghi, chef-lieu de la Kakhétie, la région des vignobles, j'ai prêté mon tricycle au touriste qui logeait à l'hôtel d'en face. Yaghoub, un iranien qashqay, languissait ici sans son vélo, car il avait dû abandonner sa voiture et son précieux chargement à la frontière Iran/Azerbaidjan. Enfin, j'ai passé un petit moment à reconstituer l'emballage de mon trike, voilà à quoi ça ressemblait :

Mon trike en tenue de camouflage, avant dépose de peaux de pastèques et cartons de pizzas vides

Quand je suis revenue vers minuit du petit restaurant qashqay (nouveau, avant c'était un restau de spécialités géorgiennes ici, sur la rue Pushkin) où Yaghoub m'avait invitée, j'ai retrouvé un petit amoncellement de cartons de pizzas vides et autres peaux de pastèques sur mon super-emballage... Heureusement, le camion-poubelle n'était pas passé faire le ménage !

14 avr. 2019

Magomed, bourgmestre de Sogratl / Магомед, градоначальник Согратля

Tchokh, village perché typique du Daguestan central

Mosquée à l'entrée de Sogratl. Les voitures ne vont pas plus loin. Magomed m'avait doublée la veille sur la petite route avant Gamsutl. Quand je lui ai expliqué que je voulais visiter le village-fantôme et Tchokh, un autre village perché mais bien vivant celui-là, il s'est efforcé de me convaincre que son village Sogratl était aussi intéressant que Tchokh et qu'il fallait que je vienne lui rendre visite.

J'ai hésité, car même si c'était proche, ma carte laissait prévoir une autre bonne grimpette pour y arriver.



Tcharondinskiy khor : "Гимн Дагестана" (chant patriotique avar)

Vue sur Tchokh entre des rochers depuis la petite route en contrebas

Qu'à cela ne tienne : le lendemain matin, Magomed m'a téléphoné pour savoir si j'étais bien en route, et il est venu à ma rencontre. Il m'a proposé de laisser le tricycle sur le parking d'une petite station-service en fond de vallée, et m'a conduite en voiture à Sogratl.

Tchokh, un village perché typique de la région

Au niveau architecture, Sogratl est en effet aussi intéressant que Tchokh, même si le site est un peu moins spectaculaire : Sogratl est à flanc de montagne alors que Tchokh est sur une petite crête.

Sogratl, village à flanc de montagne

Sogratl : tunnels piétons entre maisons du village Dans ces 2 villages avars, les maisons sont construites en escalier, le toit d'un niveau pouvant servir de terrasse à ceux du dessus. On peut circuler, à pied, par des ruelles, des escaliers et des arcades en tunnel, comme les traboules du vieux Lyon. Des grilles permettent de voir les galeries d'écoulement des eaux (pluviales ou eaux usées) qui descendent droit dans la pente, sous ou entre les constructions.

Magomed Gadzhiomarovitch est le bourgmestre de ce gros village.

Le long de la petite route qui monte à Sogratl, il m'a montré les rétroviseurs qu'il a fait installer dans quelques lacets ou au débouché de chemins transverses sans visibilité. Il avait vu de tels équipements quand il faisait son service militaire à Berlin-Est, et une fois devenu bourgmestre de son patelin, il a cherché un fournisseur pour la Russie. Visite du chef de district de Gunib dans la municipalité de Sogratl

Pendant qu'il me guidait dans les ruelles du village, j'ai aussi remarqué qu'il avait fait installer des corbeilles et des poubelles. Résultat : pas un détritus ni un emballage par terre, c'est le village le plus propre que j'ai vu au Daguestan.

J'ai pris un thé avec 3 employés de la municipalité, pendant que Magomed recevait une de ses administrées venue en fauteuil roulant à la Mairie. A la fin de l'entretien, les fils et/ou voisins de cette vieille dame sont venus porter le fauteuil dans les escaliers pour la reconduire chez elle. Ce n'est pas que la Mairie soit spécialement peu accessible aux PMR : en fait, tout le village est en escaliers...

Sogratl : la grande maison historique construite avec l'aide des moutons

Puis j'ai eu droit à une visite guidée de Sogratl. On a pris un thé avec quelques pâtisseries traditionnelles chez la mère de Magomed. Il m'a montré l'école, la boulangerie et son four tandyr, et une très grande maison avec cour intérieure dont j'ai oublié la fonction précise, mais dont la construction a nécessité d'acheminer du bois à dos de moutons. Un mouton porte peu, mais ils étaient nombreux !

L'école, avec les portraits des héros soviétiques de Sogratl

Un des portails menant à l'école. Gravé dans la pierre, il est écrit que chaque citoyen de l'URSS a droit à l'éducation L'école est une grande bâtisse : du temps de l'URSS, elle comptait près de 700 élèves ; ils ne sont plus que 120. L'exode rural est important au Daguestan.

Magomed m'a aussi montré le mémorial Vatan, dédié aux Daguestanais avars, lezgins et laks, qui s'étaient unis pour repousser Nadir Shah, le Napoléon persan du 18ème siècle. Et enfin, il m'a invitée à déjeûner à la gostinitsa du petit terrain de camping qu'il a fait créer en contrebas du village. Il y avait juste un chemin boueux et aucune signalisation pour y accéder, et encore aucun touriste. Mais Magomed fait de son mieux pour aider son village à être attractif, et veut rester optimiste quant au potentiel de sa région. J'espère que l'avenir lui donnera au moins un peu raison.

Sogratl : place à l'entrée du village, terminus pour les voitures

16 mar. 2019

Gamsutl, village-fantôme / Село-призрак Гамсутль

J'avais vu sur le net quelques photos de villages en nid d'aigle que j'avais très envie d'aller voir de plus près. De Gunib, j'ai donc fait une excursion en direction de Tchokh et Gamsutl.

Bakhtyar Gantaev : "Пандур и зурна" (lezginka avar)

Un verger entre Gunib et Kommuna

On ne monte pas vite en tricycle, mais aucune importance : calée dans ma chaise longue, je pouvais savourer le paysage. Et j'ai même pu pique-niquer confortablement assise à midi, à l'ombre d'un arbre et de stèles ornés de foulards et bandeaux de tissus (je ne sais pas précisément ce que c'était).

Le long de la route entre Kommuna et Khadub

Les petites routes du Daguestan central ne sont pas très bonnes, mais elles sont tranquilles, le paysage est varié.

Vue de ma chaise longue pendant la montée vers Tchokh

Il était presque 3 h 1/2 quand je suis arrivée au pied du sentier qui relie la petite vallée du Tsamtichay au village-fantôme de Gamsutl. Faut dire que je ne suis pas partie très tôt de Gunib, le petit-déj était copieux chez Zimfira et Pakhrudin.

Entre Khadub et Tchokh

J'ai laissé le tricycle un peu avant les dernières maisons habitées vers 1300m, là où la piste devenait raide et caillouteuse, et j'ai pressé le pas pour arriver à Gamsutl (1700m) avant le coucher du soleil. Timing parfait : j'ai atteint le site au moment où l'éclairage le rend si photogénique.

Arrivée à Gamsultl à la bonne heure

Des randonneurs russes m'ont expliqué qu'à l'époque soviétique, il y avait l'électricité, un Med-Punkt (un petit dispensaire) et une petite salle de cinéma.

Vue de Gamsutl sur Obokh

Gamsutl a perdu ses derniers habitants entre 1950 et 1960.

Village fantôme de Gamsutl en fin d'après-midi

Un autre petit hameau en contrebas, Kurib, ne compte plus que 2 ou 3 maisons habitées.

Hameau quasi-abandonné de Kurib, vu du chemin qui monte à  Gamsutl

J'ai passé une bonne heure à profiter de la vue et à flâner dans les ruines et sur le piton juste au-dessus.

Ruines de Gamsutl. Au loin, la montagne de Gunib

J'ai regretté de ne pas avoir monté de quoi bivouaquer, il y a un superbe "spot" juste au-dessus du hameau : une terrasse en pelouse plate adossée à la roche, avec une source d'eau fraîche 10 minutes en contrebas, et une vue magnifique... Mais bon, mes épaules ne sont pas encore (ou ne sont simplement plus) aptes au portage, tant pis.

Belvédère avec vue et spot de bivouac au-dessus de Gamsutl

Bivouac au bord du ruisseau Tsamtichay

Je suis donc redescendue à la nuit tombante avec les derniers randonneurs russes, et j'ai bivouaqué au pied de la montée, sans vue mais confortablement, avec une pelouse pour ma tente et des rochers arrondis de diverses tailles comme mobilier de jardin, en compagnie de quelques paisibles vaches.

1 mar. 2019

Au cœur du Daguestan / В самом сердце Дагестана

Gunib est un gros village avar d'environ 2600 habitants, situé à peu près au centre géographique du Daguestan. Les Avars, sans e, sont le peuple le plus nombreux du Daguestan (un peu plus de 1/4 de la population).

Zaïnab Makhaeva & Larisa Gadzhieva : "Вернись" (duo avar & lak)

Gunib vu d'un verger de Kommuna

Je croyais être presque arrivée quand j'ai passé le panneau indicateur "Gunib", mais le centre-ville est presque 300 m de dénivelé au-dessus, et la citadelle encore 300 m plus haut...

Centre de Gunib vu de la citadelle

La montée est raide : Gunib est un village perché typique du Daguestan central. Depuis ces villages en nid d'aigle, on voit arriver de loin les ennemis, ou les tricycles couchés. Ainsi, j'ai été filmée par un smartphone pendant que je montais tout doucement, depuis une maison située 3-4 lacets plus haut, et ces images sont arrivées au village une bonne demi-heure avant moi...

Vue de la citadelle de Gunib sur les vallées environnantes

Quand je suis enfin arrivée sur la grande place du village, j'ai d'abord visé la poste pour une nouvelle tentative d'expédition de mes confitures. Le temps que je sorte mes 2 pots du fond des grandes sacoches, un sympathique petit attroupement s'était formé devant mon tricycle. J'ai pu faire essayer mon engin à 2 gars, pendant que les autres m'expliquaient où je pourrais loger et ce qu'il fallait visiter.

Mon comité d'accueil à Gunib

A Gunib, la postière était aimable, et ne voyait aucune objection à expédier un colis pour la France, à condition que ce ne soit pas dans des pots en verre. J'ai fait la tournée des échoppes autour de la place centrale, en me demandant bien dans quoi j'allais mettre l'urbetch et la confiture de kyzyls.

La place centrale de Gunib au crépuscule

Ce fut laborieux, mais j'ai fini par revenir à la Poste avec des boîtes cylindriques en plastique bien plus larges que les pots de confiture, du gros scotch, et 8 rouleaux de PQ pour caler le tout dans un carton Почта России. Avec en prime un 3ème pot à expédier : quand j'ai expliqué dans la petite quincaillerie ce que je voulais emballer, la baboushka m'a mis sous le nez un bocal de sirop aux petites pommes de pin en me disant "Regardez, ça pourrait vous intéresser". Tout à fait !

Route entre Gunib centre-ville et la citadelle

Musée de Gunib : petit tapis représentant le monument Belye zhuravli, dédié aux soldats disparus. Ensuite, j'ai eu la flemme de monter encore de 300m jusqu'à Gunib-le-Haut, je suis allée me poser à l'hôtel Belye Zhuravli. J'ai tâtonné un peu pour trouver l'entrée : l'hôtel encore en travaux n'était pas signalé, et la réception n'est pas au rez-de-haussée. L'accueil était très agréable, et le prix plutôt bas par rapport au standing ; du coup j'y ai passé 3 nuits, pour visiter tranquillement et confortablement la région.

Vue de ma chambre à l'aube. Centre et citadelle de Gunib

J'ai hérité d'une spacieuse chambre 3 places avec vue sur la citadelle, et nous n'étions que 2 pensionnaires à utiliser la salle de bains commune, et néanmoins impeccablement propre, de mon étage.

La table du petit-déjeûner chez Zimfira et Pakhrudin

La propriétaire Zimfira m'a invitée à dîner avec la famille au 5ème étage. J'ai fait la connaissance de son mari Pakhrudin, directeur du musée national à Makhachkala. Zimfira et Pakhrudin ont fait une fois un court voyage en Italie et en France, ils rêvent d'y retourner : on se reverra peut-être dans les Alpes un jour.

Musée de Gunib. L'instrument à 3 cordes posé sur les kilims est un pandur

Entre autres échanges culturels informels, j'ai eu droit à une petite démonstration d'un exercice de diction. Par exemple, dire Sept cent soixante-dix-sept grenouilles coassaient sous le pont en langue avar, ça dépote ! Plusieurs langues caucasiennes, dont l'avar, possèdent en effet une belle collection de consonnes dites non pulmonaires, dont 2 que j'ai entendues pour la première fois chez mes hôtes avars, tɬʼ et qχʼ (c'est leur notation en alphabet phonétique international, en cyrillique je ne sais pas).

L'alphabet cyrillique augmenté pour transcrire la langue avar n'est pas avare de consonnes

Il y a encore plus de consonnes en abkhaze, mais l'avar en a 2 ou 3 vraiment originales. Certaines de ces consonnes, qui n'existent dans aucune langue indo-européenne, sont listées et enregistrées ici : fr.wikipedia.org/wiki/Consonne_éjective. Ou alors, écoutez attentivement les paroles des chansons en avar, on entend parfois passer ces sons exotiques...

24 janv. 2019

Le long des routes de montagne / По горным дорогам

La descente du col suivant, entre Levashi et Khadzhalmakhi, se terminait par un tronçon raide. Et en tricycle couché, on prend bien de la vitesse quand ça descend.

Descente du 2ème col, entre Levashi et Khadzhalmakhi

Shamil Gadzhiev : "По горным дорогам" (chant darguine en version russe)

Du coup je n'ai pas pris le temps de photographier les échoppes qui exposaient des dizaines de réfrigérateurs à vendre en bord de route. J'ai fait une petite pointe à 68 km/h, avec une petite frayeur quand j'ai serré un peu plus le frein gauche que le droit dans la dernière ligne droite...

Khadzhalmakhi, centre ville...

J'ai traversé Khadzhalmakhi au moment d'une panne d'électricité : pas de tchudu à cause des fours en panne, alors je me suis ravitaillée en glace crémeuse et jus de fruit (le Dagestan produit de bons jus de fruits).

Arrivée sur Gergebil

Dans le bourg suivant, Gerbebil, j'ai voulu poster mes pots de confiture, mais les 2 agents au guichet n'avaient aucune envie de faire ce travail. Ils ont prétendu que seul le bureau de poste de Makhatchkala peut expédier des colis pour l'étranger. J'ai eu beau protester en leur montrant la note de service de Potchta Rossii affichée au mur qui disait le contraire, je n'ai rien pu en tirer. J'ai donc continué à monter vers Gunib avec mes pots de confiture dans mes sacoches...

Approche des gorges de Karakoysu, entre Gergebil et Gunib

En remontant la vallée de la rivière Karakoysu, le relief devient progressivement plus spectaculaire et varié.

Karakoysu en sortie des turbines du barrage amont

Reliefs typiques du Daguestan central. Gorges de la rivière Karakoysu au niveau du barrage hydroélectrique amont Dans une station-service en construction où je me suis arrêtée pour faire un plein d'eau de source, Omar m'a recommandé divers sites à visiter dans le secteur, et voulait même m'inviter dans son village Salta, mais c'était trop loin et trop haut pour ce soir. Quand je lui ai demandé s'il n'y avait pas plutôt des coins tranquilles pour bivouaquer à proximité, il m'a conseillé de faire étape dans un gîte non signalé, un peu avant l'embranchement pour Salta et le 2ème barrage hydroélectrique.

Vallée de la rivière Karakoysu en amont de Kurmi

C'est ainsi que j'ai fait la connaissance de Raïssa, une modeste retraitée qui projette d'arrondir ses fins de mois en faisant rénover une bâtisse pour en faire une gostinitsa, avec 6 chambres et un tout petit restaurant. Les douches étaient en construction, et le WC à la turque derrière la maison n'avait pas de toit, ce qui lui permet d'être mieux aéré. Mais le rapport qualité/prix de la demi-pension était très correct !

Lac de retenue amont, entre le barrage et Gunib

Comme il faisait grand beau lors de mon départ le lendemain matin, Raïssa m'a suggéré d'installer une ombrelle sur mon tricycle. Je crois que je le ferai un de ces jours, à l'occasion d'une vélo-parade à Grenoble, mais sinon, en route, un chapeau est quand même plus pratique...

Sur la route de Gunib

4 janv. 2019

Gîte et confitures / Ночлег и варенья

Après un bref second passage à Derbent,

Marché de Derbent, secteur des fromages

Derbent. Taxis et marshrutkas en attente de passagers. j'ai remonté un bout de côte en taxi. Le conducteur, un ex instituteur darguine à la retraite, a eu du mal à faire rentrer le tricycle dans sa voiture, mais ne voulait pas lâcher l'affaire. Pas de problème, on est partis avec la haillon à moitié ouvert tenu par une corde, ça faisait une bonne raison de rouler pas trop vite.

Il m'a déposée comme convenu dans un petit village au début de la montée du col Nagrelabek, entre 2 averses et dans le brouillard.



Shamil Gadzhiev : "Образ мечты" (chanson darguine)

Montée sous une petite pluie fraîche. Un petit village entre Devga et Mekegi

Il s'est remis à pleuvoir pendant que je montais. La position allongée sur le tricycle soumet les vêtements habituellement imperméables et respirants à rude épreuve, car l'eau peut plus facilement stagner au lieu de s'écouler. J'étais donc assez humide et contente qu'un brave automobiliste s'arrête à ma hauteur pas seulement pour observer mon tricycle, mais aussi pour m'inviter à passer la nuit chez lui à Mekegi.

Derrière le village de Mekegi, on distingue des carrières, exploitées par des ouzbeks.

Il m'a aussi proposé de m'y conduire en voiture, mais bon, faut pas abuser : je veux pouvoir compter mes cols dans la mise à jour annuelle pour le Club des Cent Cols... Alors, il m'a attendue un peu plus loin pour me guider depuis l'embranchement de la petite route qui menait vers sa maison, juste après une série de cabanons de découpe de pierre installés en bord de route.

Mes hôtes à Mekegi

Accueil simple et chaleureux. J'ai pu me changer et faire sécher mes vêtements tout en mangeant un goûter-repas copieux. J'ai pris une douche chaude dans la buanderie, et regardé la télé dans le salon en chantier pendant que Bagand continuait les travaux de rénovation de la maison, et que sa femme Aniset s'occupait d'une petite-fille lourdement handicapée.

Cour intérieure de ma maison à Mekegi. Le tricycle a dormi sous le porche de l'étable.

Au petit-déj, on m'a fait goûter de l' urbetch. C'est une spécialité daguestanaise qui a la consistance du Nutella, à base de graines de lin pressées légèrement torréfiées et de noix moulue, avec du miel ou de l'abricot. La maîtresse de maison avait aussi préparé de la confiture de kyzyls (des baies de cornouiller) : je suis repartie pendant une éclaircie avec un pot de chaque pour la route...

25 nov. 2018

Au pays des tapis et des déclinaisons / Табасаранские ковры и склонения

Vous vous souvenez peut-être de Radik, le Daguestanais que j'avais rencontré sur les rives du Baïkal. Radik était tabasaran. Il m'avait expliqué - et d'autres Daguestanais me l'ont dit aussi - que sa langue est un peu compliquée : elle comporte une quarantaine de cas de déclinaison. Le tabasaran est une langue aux sonorités originales, caucasienne mais influencée par 2 langues turcophones voisines (azéri et kumyk).

Giulnaz Hadzhikurbanova : "Табасаран халачйир" (Табасаранские ковры, chanson tabasaran)

Un petit tapis tabasaran à Arkit, chez une voisine de Mina et Tverüz

On m'a aussi dit à plusieurs reprises que les Tabasaran font de beaux tapis. Alors, forcément, j'ai eu envie d'aller explorer le district tabasaran, en commençant par son chef-lieu Khutchni, où j'espérais pouvoir visiter des fabriques de tapis.

Entrée dans le district tabasaran

En chemin, Magomed-Rasul, un cycliste qui passait par là en voiture, s'est arrêté pour discuter et m'offrir des raisins et des prunes. Il m'a demandé si j'avais lu les récits d'Alexandre Dumas dans le Caucase, et m'a invitée à Derbent si ma route repassait par là. Ensuite, un peu plus tard, je me suis planquée pour bivouaquer près d'un petit col agréable : le ciel se dégageait, j'étais un peu fatiguée des nombreuses mini-intervious et photos-vidéos, je voulais me coucher tôt, et si je ne me cachais pas, je serais sûrement invitée par des villageois du prochain bled...

En trike, on profite du paysage sans forcer sur la nuque, c'est confortable !

Le lendemain à Khutchni, j'ai eu vite fait le tour de ce bourg plutôt terne, tout en longueur le long d'une vallée pas bien large. Je n'ai pas trouvé de fabrique de tapis, et pour cause : Farkhad m'a expliqué que la dernière avait fermé depuis plus de 10 ans ! Bravo les mises à jour des guides touristiques...

Farkhad m'a guidée jusqu'à l'antre d'un cordonnier qui a recousu mes chaussures cyclo en refusant de me faire payer, puis il m'a invitée à déjeûner avec sa famille : khinkali, tchudu, salade et poulet du jardin, kompot de mûres,... tout était fait maison.

Déjeûner en terrasse chez Farkhad, avec l'aspirateur pour se débarrasser des guêpes importunes

Farkhad avait une technique intéressante pour se débarrasser des guêpes qui venaient se servir à notre table : à l'aspirateur ! Enfin, quand j'ai expliqué par quelle route je comptais repartir, Farkhad m'a déconseillé cette option : à moins de 5 km de Khutchni, cette route allait devenir une piste difficile, il pensait que j'aurais du mal à passer avec mon trike. A la place, il m'a recommandé d'aller voir la cascade à quelques kilomètres de là, puis de retourner à Derbent pour rejoindre une autre route.

Khanagskiy vodopad, la cascade en amont de Khutchni

A l'auberge près de la cascade, Salman m'a appris qu'il y avait un atelier de tapis dans son village d'origine, Arkit.

Salman, un des serveurs de l'auberge au pied de la cascade, essaie fièrement le trike rebaptisé kabriolett

J'ai donc fait demi-tour pour rejoindre une autre vallée un peu plus à l'ouest.

Après une invitation pour un thé + goûter chez l'institutrice de Yagdig, et une rude montée, je suis arrivée à Arkit. Le village n'a rien d'extraordinaire mais le site est joli.

Accueil chaleureux dans la famille de Nazar à Arkit

Nazar, qui m'avait doublée en voiture, m'avait invitée : nouveau thé, puis dîner en terrasse avec sa femme Intiza, leurs 3 enfants, et sa mère Mina, une baboushka avec des dents et un cœur en or. Curieusement, alors qu'ils ont équipé leur maison d'une salle de bain avec douche, chauffe-eau et machine à laver, les WC à la turque sont dans une cabane malodorante au fond du jardin. Je reverrai ce type d'aménagement dans plusieurs autres villages daguestanais.

Pendant ma journée de repos à Arkit, le tricycle ne chôme pas !

Des voisins sont ensuite venus prendre un autre thé (évidemment, tout le village était au courant de mon arrivée). C'est que, voyez-vous, j'étais apparemment la première touriste étrangère, et avec certitude le premier tricycliste couché, à visiter le village d'Arkit ! Tverüz, une amie de Mina, a essayé le tricycle et m'a invitée pour le lendemain.

Arkit. La toubib du village essaie mon trike chez son amie Tverüz

Med-Punkt du village d'Arkit Le lendemain, Tverüz et Mina m'ont proposé une visite guidée approfondie du village. J'ai pris un thé au Med-Punkt, j'ai visité la poste, la maison de la culture locale avec son mini-musée, l'école vide, et le jardin d'enfants très animé. Je suis arrivée pendant un cours de danses caucasiennes : il a fallu que j'esquisse quelques mouvements de lezginka, encerclée par les bambins qui formaient une ronde endiablée, sous les encouragements des puéricultrices...

Arkit, centre du village. La grosse averse de l'après-midi se prépare...

Par contre, la fabrique de tapis était fermée : congés annuels, zut ! J'ai juste pu visiter une maison dans laquelle il y a avait un métier et un début de tapis.

Arkit. Métier à tapis dans une maison du village

Et j'ai remarqué chez mes hôtes de jolis mini-tapis carrés, faits maison, destinés à garnir chaises et tabourets. Forte de mon expérience du taarof iranien, j'ai eu la politesse de refuser quand Tverüz m'a proposé de me faire cadeau de 2 de ces mini-tapis (elle m'avait déjà offert des chaussons en laine et un foulard...). Mais j'avoue que j'ai été presque tentée d'en emporter un pour le siège du trike, ça aurait été classe !

21 oct. 2018

Derbent, porte de l'empire / Дербент, ворота империи

Derbent est la deuxième plus grande ville du Daguestan, et, depuis qu'elle est russe, la plus ancienne ville de Russie. Ah non, pas tout-à-fait : troisième ville du Daguestan.

Vue sur Derbent depuis la citadelle Naryn Kala

La deuxième plus grosse ville est maintenant Khassavyourt, dans la plaine au nord, tout près de la Tchétchénie.

Derbent. Porte Orta Kapi

Au fil des siècles, Derbent a appartenu à tous les empires qui se sont disputé la région, sous divers noms faisant référence à son rôle de Porte : la Barrière en persan (Darband, origine de son nom actuel), la Porte des portes en arabe, la Porte de fer en turc...

Interprète non identifié : "В моём сердце" (musique azérie du Dagestan)

Derbent. Aux portes de la vieille ville.

La ville compte une importante minorité azérie, et on sent un peu plus l'influence persane que dans le reste du Daguestan.

La mort de l'imam Hussein, privé d'eau avant d'être exécuté, marqua le début du schisme entre Chiites et Sunnites

Outre des mosquées chiites, on trouve davantage de douchettes dans les WC :-) .

Marché central de Derbent

C'est dans un petit restau azéri de Derbent qu'on m'a dit pour la deuxième fois que j'avais acquis le statut de star locale, grâce à mon tricycle et à diverses photos ou vidéos publiées sur internet par des Daguestanais qui m'avaient rencontrée. Si vous les trouvez, faites-moi signe : je ne les ai pas vues, même en cherchant avec quelques mots-clé russes.

Derbent. Dans les ruelles de la vieille ville.

J'ai flâné dans la vieille ville, située entre les anciens remparts. Les murs de pierre sont mis en valeur par d'élégants assortiments de gazoprovod typiques de l'empire soviétique.

Derbent. Assortiment de gazoprovodov

Pierres de Derbent truffées de coquillages Macadam ou béton de Derbent truffé de coquillages Une particularité : ces pierres sont truffées de coquillages, on en trouve même dans le béton et le macadam.

Ruelle de la vieille ville de Derbent

Une famille lezguienne m'a invitée à prendre un thé, généreusement accompagné de tchudu (чуду).

Pause-thé sous le préau d'une maison de la vieille ville à Derbent

Le papi m'expliquait qu'ils vivaient confortablement malgré sa modeste retraite car ses 2 filles, dont une dentiste, travaillent à Moscou. Mais la récente réforme des retraites va faire baisser leur niveau de vie, et la cote de Putin...

Derbent, remparts sud et citadelle Naryn Kala

J'ai bien sûr visité la forteresse Naryn Kala et ses fameux remparts qui descendent de la montagne vers la mer.

Un des cimetières de Derbent, au sud de la vieille ville

Ils barraient la route entre ce qui est maintenant la Russie et l'Azerbaïdjan (la frontière actuelle est à une quarantaine de kilomètres au sud). Un site à voir tôt le matin de préférence.

Derbent, vue de la citadelle Naryn Qala.

En redescendant, j'ai visité une ancienne église arménienne transformée en musée de l'artisanat. Plusieurs tapis tabasaran étaient exposés, ce sont les plus réputés du pays.

Derbent, remparts nord

Enfin, j'ai testé 2 plages, dont une à éviter, près de la conserverie... Il faut aller au nord de la ville pour trouver de l'eau plus propre.

Bain à remous dans la Caspienne

14 oct. 2018

Distractions des vacanciers / Развлечения отдыхающих

Pendant mon début de séjour au Daguestan, j'ai passé plus de temps dans l'eau de mer que sur mon tricycle.

Secouristes pas stressés sur la plage d'Izberbash

Sultan Uragan & Murat Tkhagalegov : "На дискотеку"

Surtout que j'ai finalement renoncé à faire le trajet Makhatchkala - Derbent entièrement sur 3 roues : la côte n'est pas vraiment belle,

La côte daguestanaise tout près de la station balnéaire d'Izberbash... Le Daghestan est exportateur de pétrole.

et pour éviter la grande route, on perd un temps fou dans des chemins pas très roulants.

Mes applis Maps.me ou Alpine Quest basées sur les cartes OSM, ou GoogleMaps, ne suffisaient pas toujours pour optimiser l'itinéraire. L'équivalent russe Yandex Karti était un peu plus à jour, mais parfois optimiste sur ce qui est "cyclable". Ou alors, il faut comprendre qu'en russe, "cyclable" veut dire qu'on peut passer avec un vélo, en pédalant, en le poussant, ou en le portant (un peu comme dans certains topos du Club des Cent Cols...).

Pousser ou tirer le tricycle sur des galets ou du sable, ou entre des buissons épineux le long de la voie ferrée, c'est bien plus galère qu'avec un vélo "normal". Et quand ça roulait, dès qu'il y avait des ornières, avec mes roues "20 pouces", j'entendais mes sacoches râper le sol, oy... J'ai fini par faire en taxi le tronçon Izberbash - Derbent.

Plage municipale d'Izberbash par grand beau temps

Ca ne m'a pas empêchée de profiter de la côte. J'ai passé entre 2 et 5 heures par jour à brasser gentiment de l'eau de mer, soit l'équivalent en 1 semaine de presque 6 mois de balnéothérapie au rythme de mes prescriptions de kiné à Grenoble. Ca m'a fait du bien !

Baigneurs à Izberbash

Tout ça me laissait quand même pas mal de temps libre : je vous propose une petit aperçu des distractions des vacanciers du coin sur la côte daguestanaise.

La lezginka est une danse très populaire au Daguestan

Les Daguestanais aiment danser : dans les restaus, sur les parkings, dans les jardins d'enfants...

Attraction du soir : un gnon-mètre.

Sur les promenades ou dans les parcs, une attraction assez populaire était le gnon-mètre. C'est une machine à sous qui, pour la modeste somme de 20 roubles, permet de donner un grand coup de poing sur une cible montée sur ressort, et de voir afficher un score proportionnel à la violence du coup.

Stand de tir à la kalashnikov en bord de plage. Contrairement au gnon-mètre, ici le public est mixte.

Bien sûr, dans les parcs, on trouve aussi des stands de tir... à la kalashnikov.

Bar à bières à Izberbash

Les bars à bière côtoient les mosquées sans problème. Ils sont parfois équipés de rideaux comme des isoloirs, pour qu'on puisse siroter tranquillement sans se faire voir de l'imam ou des voisins. Essai de tricycle dans le camp TchGU de Manas. Vue de face J'ai aussi vu d'autres attractions moins photogéniques, dont un petit chapiteau où se tenait un concours d'ingurgitation de biscuits type Petit Lu et divers jeux d'adresse.

Et bien sûr, j'ai eu quelques occasions de faire essayer mon tricycle, ou de le prêter aux enfants, petits ou grands, hébergés dans le même hôtel que moi.

A Izberbash, j'ai trouvé tout près de la plage municipale un petit hôtel idéal pour moi : le "Dzhumeirah", pas trop cher bien que confortable et propre ; mon balcon avec corde à linge donnait sur la cour intérieure équipée d'un préau qui faisait restau et garage à tricycle. Les proprios, une famille darguine, m'ont invitée à déguster mon premier tchudu (чуду) le soir de mon arrivée. C'est un plat national qui ressemble vaguement à une pizza calzone dans le principe mais en plus moelleux, avec des ingrédients différents (fromage frais et herbes, ou viande patates oignons...). En fait c'est assez proche de l' osetinskii pirog ou du khatchapuri géorgien.

Un plat national daguestanais : le tchudu

- page 1 de 4