blog.zamir.fr  /  блог.замир.фр

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 24 janvier 2019

Le long des routes de montagne / По горным дорогам

Descente du 2ème col, entre Levashi et Khadzhalmakhi

Shamil Gadzhiev : "По горным дорогам" (chant darguine en version russe)

La descente du col suivant, entre Levashi et Khadzhalmakhi, se terminait par un tronçon raide. Et en tricycle couché, on prend bien de la vitesse quand ça descend. Du coup je n'ai pas pris le temps de photographier les échoppes qui exposaient des dizaines de réfrigérateurs à vendre en bord de route. J'ai fait une petite pointe à 68 km/h, avec une petite frayeur quand j'ai serré un peu plus le frein gauche que le droit dans la dernière ligne droite...

Khadzhalmakhi, centre ville...

J'ai traversé Khadzhalmakhi au moment d'une panne d'électricité : pas de tchudu à cause des fours en panne, alors je me suis ravitaillée en glace crémeuse et jus de fruit (le Dagestan produit de bons jus de fruits).

Arrivée sur Gergebil

Dans le bourg suivant, Gerbebil, j'ai voulu poster mes pots de confiture, mais les 2 agents au guichet n'avaient aucune envie de faire ce travail. Ils ont prétendu que seul le bureau de poste de Makhatchkala peut expédier des colis pour l'étranger. J'ai eu beau protester en leur montrant la note de service de Potchta Rossii affichée au mur qui disait le contraire, je n'ai rien pu en tirer. J'ai donc continué à monter vers Gunib avec mes pots de confiture dans mes sacoches...

Approche des gorges de Karakoysu, entre Gergebil et Gunib

En remontant la vallée de la rivière Karakoysu, le relief devient progressivement plus spectaculaire et varié.

Karakoysu en sortie des turbines du barrage amont

Reliefs typiques du Daguestan central. Gorges de la rivière Karakoysu au niveau du barrage hydroélectrique amont Dans une station-service en construction où je me suis arrêtée pour faire un plein d'eau de source, Omar m'a recommandé divers sites à visiter dans le secteur, et voulait même m'inviter dans son village Salta, mais c'était trop loin et trop haut pour ce soir. Quand je lui ai demandé s'il n'y avait pas plutôt des coins tranquilles pour bivouaquer à proximité, il m'a conseillé de faire étape dans un gîte non signalé, un peu avant l'embranchement pour Salta et le 2ème barrage hydroélectrique.

Vallée de la rivière Karakoysu en amont de Kurmi

C'est ainsi que j'ai fait la connaissance de Raïssa, une modeste retraitée qui projette d'arrondir ses fins de mois en faisant rénover une bâtisse pour en faire une gostinitsa, avec 6 chambres et un tout petit restaurant. Les douches étaient en construction, et le WC à la turque derrière la maison n'avait pas de toit, ce qui lui permet d'être mieux aéré. Mais le rapport qualité/prix de la demi-pension était très correct !

Lac de retenue amont, entre le barrage et Gunib

Comme il faisait grand beau lors de mon départ le lendemain matin, Raïssa m'a suggéré d'installer une ombrelle sur mon tricycle. Je crois que je le ferai un de ces jours, à l'occasion d'une vélo-parade à Grenoble, mais sinon, en route, un chapeau est quand même plus pratique...

Sur la route de Gunib

vendredi 4 janvier 2019

Gîte et confitures / Ночлег и варенья

Après un bref second passage à Derbent,

Marché de Derbent, secteur des fromages

Derbent. Taxis et marshrutkas en attente de passagers. j'ai remonté un bout de côte en taxi. Le conducteur, un ex instituteur darguine à la retraite, a eu du mal à faire rentrer le tricycle dans sa voiture, mais ne voulait pas lâcher l'affaire. Pas de problème, on est partis avec la haillon à moitié ouvert tenu par une corde, ça faisait une bonne raison de rouler pas trop vite.

Shamil Gadzhiev : "Образ мечты" (chanson darguine)

Il m'a déposée comme convenu dans un petit village au début de la montée du col Nagrelabek, entre 2 averses et dans le brouillard.

Montée sous une petite pluie fraîche. Un petit village entre Devga et Mekegi

Il s'est remis à pleuvoir pendant que je montais. La position allongée sur le tricycle soumet les vêtements habituellement imperméables et respirants à rude épreuve, car l'eau peut plus facilement stagner au lieu de s'écouler. J'étais donc assez humide et contente qu'un brave automobiliste s'arrête à ma hauteur pas seulement pour observer mon tricycle, mais aussi pour m'inviter à passer la nuit chez lui à Mekegi.

Derrière le village de Mekegi, on distingue des carrières, exploitées par des ouzbeks.

Il m'a aussi proposé de m'y conduire en voiture, mais bon, faut pas abuser : je veux pouvoir compter mes cols dans la mise à jour annuelle pour le Club des Cent Cols... Alors, il m'a attendue un peu plus loin pour me guider depuis l'embranchement de la petite route qui menait vers sa maison, juste après une série de cabanons de découpe de pierre installés en bord de route.

Mes hôtes à Mekegi

Accueil simple et chaleureux. J'ai pu me changer et faire sécher mes vêtements tout en mangeant un goûter-repas copieux. J'ai pris une douche chaude dans la buanderie, et regardé la télé dans le salon en chantier pendant que Magomed-Rassul continuait les travaux de rénovation de la maison, et que sa femme s'occupait d'une petite-fille lourdement handicapée.

Cour intérieure de ma maison à Mekegi. Le tricycle a dormi sous le porche de l'étable.

Au petit-déj, on m'a fait goûter de l' urbetch. C'est une spécialité daguestanaise qui a la consistance du Nutella, à base de graines de lin pressées légèrement torréfiées et de miel, avec en option de l'abricot ou de la noix. La maîtresse de maison avait aussi préparé de la confiture de kyzyls (des baies de cornouiller) : je suis repartie pendant une éclaircie avec un pot de chaque pour la route...

dimanche 25 novembre 2018

Au pays des tapis et des déclinaisons / Табасаранские ковры и склонения

Vous vous souvenez peut-être de Radik, le Daguestanais que j'avais rencontré sur les rives du Baïkal. Radik était tabasaran. Il m'avait expliqué - et d'autres Daguestanais me l'ont dit aussi - que sa langue est un peu compliquée : elle comporte une quarantaine de cas de déclinaison. Le tabasaran est une langue aux sonorités originales, caucasienne mais influencée par 2 langues turcophones voisines (azéri et kumyk).

Giulnaz Hadzhikurbanova : "Табасаран халачйир" (Табасаранские ковры , chanson tabasaran)

Un petit tapis tabasaran à Arkit, chez une voisine de Mina et Tverüz

On m'a aussi dit à plusieurs reprises que les Tabasaran font de beaux tapis. Alors, forcément, j'ai eu envie d'aller explorer le district tabasaran, en commençant par son chef-lieu Khutchni, où j'espérais pouvoir visiter des fabriques de tapis.

Entrée dans le district tabasaran

En chemin, je me suis planquée pour bivouaquer près d'un petit col agréable : le ciel se dégageait, j'étais un peu fatiguée des nombreuses mini-intervious et photos-vidéos, je voulais me coucher tôt, et si je ne me cachais pas, je serais sûrement invitée par des villageois du prochain bled...

En trike, on profite du paysage sans forcer sur la nuque, c'est confortable !

Le lendemain à Khutchni, j'ai eu vite fait le tour de ce bourg plutôt terne, tout en longueur le long d'une vallée pas bien large. Je n'ai pas trouvé de fabrique de tapis, et pour cause : Farkhad m'a expliqué que la dernière avait fermé depuis plus de 10 ans ! Bravo les mises à jour des guides touristiques...

Farkhad m'a guidée jusqu'à l'antre d'un cordonnier qui a recousu mes chaussures cyclo en refusant de me faire payer, puis il m'a invitée à déjeûner avec sa famille : khinkali, tchudu, salade et poulet du jardin, kompot de mûres,... tout était fait maison.

Déjeûner en terrasse chez Farkhad, avec l'aspirateur pour se débarrasser des guêpes importunes

Farkhad avait une technique intéressante pour se débarrasser des guêpes qui venaient se servir à notre table : à l'aspirateur ! Enfin, quand j'ai expliqué par quelle route je comptais repartir, Farkhad m'a déconseillé cette option : à moins de 5 km de Khutchni, cette route allait devenir une piste difficile, il pensait que j'aurais du mal à passer avec mon trike. A la place, il m'a recommandé d'aller voir la cascade à quelques kilomètres de là, puis de retourner à Derbent pour rejoindre une autre route.

Khanagskiy vodopad, la cascade en amont de Khutchni

A l'auberge près de la cascade, Salman m'a appris qu'il y avait un atelier de tapis dans son village d'origine, Arkit.

Salman, un des serveurs de l'auberge au pied de la cascade, essaie fièrement le trike rebaptisé kabriolett

J'ai donc fait demi-tour pour rejoindre une autre vallée un peu plus à l'ouest.

Après une invitation pour un thé + goûter chez l'institutrice de Yagdig, et une rude montée, je suis arrivée à Arkit. Le village n'a rien d'extraordinaire mais le site est joli.

Accueil chaleureux dans la famille de Nazar à Arkit

Nazar, qui m'avait doublée en voiture, m'avait invitée : nouveau thé, puis dîner en terrasse avec sa femme Intiza, leurs 3 enfants, et sa mère Mina, une baboushka avec des dents et un cœur en or. Curieusement, alors qu'ils ont équipé leur maison d'une salle de bain avec douche, chauffe-eau et machine à laver, les WC à la turque sont dans une cabane malodorante au fond du jardin. Je reverrai ce type d'aménagement dans plusieurs autres villages daguestanais.

Pendant ma journée de repos à Arkit, le tricycle ne chôme pas !

Des voisins sont ensuite venus prendre un autre thé (évidemment, tout le village était au courant de mon arrivée). C'est que, voyez-vous, j'étais apparemment la première touriste étrangère, et avec certitude le premier tricycliste couché, à visiter le village d'Arkit ! Tverüz, une amie de Mina, a essayé le tricycle et m'a invitée pour le lendemain.

Arkit. La toubib du village essaie mon trike chez son amie Tverüz

Med-Punkt du village d'Arkit Le lendemain, Tverüz et Mina m'ont proposé une visite guidée approfondie du village. J'ai pris un thé au Med-Punkt, j'ai visité la poste, la maison de la culture locale avec son mini-musée, l'école vide, et le jardin d'enfants très animé. Je suis arrivée pendant un cours de danses caucasiennes : il a fallu que j'esquisse quelques mouvements de lezginka, encerclée par les bambins qui formaient une ronde endiablée, sous les encouragements des puéricultrices...

Arkit, centre du village. La grosse averse de l'après-midi se prépare...

Par contre, la fabrique de tapis était fermée : congés annuels, zut ! J'ai juste pu visiter une maison dans laquelle il y a avait un métier et un début de tapis.

Arkit. Métier à tapis dans une maison du village

Et j'ai remarqué chez mes hôtes de jolis mini-tapis carrés, faits maison, destinés à garnir chaises et tabourets. Forte de mon expérience du taarof iranien, j'ai eu la politesse de refuser quand Tverüz m'a proposé de me faire cadeau de 2 de ces mini-tapis (elle m'avait déjà offert des chaussons en laine et un foulard...). Mais j'avoue que j'ai été presque tentée d'en emporter un pour le siège du trike, ça aurait été classe !

dimanche 21 octobre 2018

Derbent, porte de l'empire / Дербент, ворота империи

Derbent est la deuxième plus grande ville du Daguestan, et, depuis qu'elle est russe, la plus ancienne ville de Russie. Ah non, pas tout-à-fait : troisième ville du Daguestan.

Vue sur Derbent depuis la citadelle Naryn Kala

La deuxième plus grosse ville est maintenant Khassavyourt, dans la plaine au nord, tout près de la Tchétchénie.

Derbent. Porte Orta Kapi

Au fil des siècles, Derbent a appartenu à tous les empires qui se sont disputé la région, sous divers noms faisant référence à son rôle de Porte : la Barrière en persan (Darband, origine de son nom actuel), la Porte des portes en arabe, la Porte de fer en turc...

Interprète non identifié : "В моём сердце" (musique azérie du Dagestan)

Derbent. Aux portes de la vieille ville.

La ville compte une importante minorité azérie, et on sent un peu plus l'influence persane que dans le reste du Daguestan.

La mort de l'imam Hussein, privé d'eau avant d'être exécuté, marqua le début du schisme entre Chiites et Sunnites

Outre des mosquées chiites, on trouve davantage de douchettes dans les WC :-) .

Marché central de Derbent

C'est dans un petit restau azéri de Derbent qu'on m'a dit pour la deuxième fois que j'avais acquis le statut de star locale, grâce à mon tricycle et à diverses photos ou vidéos publiées sur internet par des Daguestanais qui m'avaient rencontrée. Si vous les trouvez, faites-moi signe : je ne les ai pas vues, même en cherchant avec quelques mots-clé russes.

Derbent. Dans les ruelles de la vieille ville.

J'ai flâné dans la vieille ville, située entre les anciens remparts. Les murs de pierre sont mis en valeur par d'élégants assortiments de gazoprovod typiques de l'empire soviétique.

Derbent. Assortiment de gazoprovodov

Pierres de Derbent truffées de coquillages Macadam ou béton de Derbent truffé de coquillages Une particularité : ces pierres sont truffées de coquillages, on en trouve même dans le béton et le macadam.

Ruelle de la vieille ville de Derbent

Une famille lezguienne m'a invitée à prendre un thé, généreusement accompagné de tchudu (чуду).

Pause-thé sous le préau d'une maison de la vieille ville à Derbent

Le papi m'expliquait qu'ils vivaient confortablement malgré sa modeste retraite car ses 2 filles, dont une dentiste, travaillent à Moscou. Mais la récente réforme des retraites va faire baisser leur niveau de vie, et la cote de Putin...

Derbent, remparts sud et citadelle Naryn Kala

J'ai bien sûr visité la forteresse Naryn Kala et ses fameux remparts qui descendent de la montagne vers la mer.

Un des cimetières de Derbent, au sud de la vieille ville

Ils barraient la route entre ce qui est maintenant la Russie et l'Azerbaïdjan (la frontière actuelle est à une quarantaine de kilomètres au sud). Un site à voir tôt le matin de préférence.

Derbent, vue de la citadelle Naryn Qala.

En redescendant, j'ai visité une ancienne église arménienne transformée en musée de l'artisanat. Plusieurs tapis tabasaran étaient exposés, ce sont les plus réputés du pays.

Derbent, remparts nord

Enfin, j'ai testé 2 plages, dont une à éviter, près de la conserverie... Il faut aller au nord de la ville pour trouver de l'eau plus propre.

Bain à remous dans la Caspienne

dimanche 14 octobre 2018

Distractions des vacanciers / Развлечения отдыхающих

Secouristes pas stressés sur la plage d'Izberbash

Sultan Uragan & Murat Tkhagalegov : "На дискотеку"

Pendant mon début de séjour au Daguestan, j'ai passé plus de temps dans l'eau de mer que sur mon tricycle. Surtout que j'ai finalement renoncé à faire tout le trajet Makhatchkala - Derbent sur 3 roues : la côte n'est pas vraiment belle,

La côte daguestanaise tout près de la station balnéaire d'Izberbash... Le Daghestan est exportateur de pétrole.

et pour éviter la grande route, on perd un temps fou dans des chemins pas très roulants.

Mes applis Maps.me ou Alpine Quest basées sur les cartes OSM, ou GoogleMaps, ne suffisaient pas toujours pour optimiser l'itinéraire. L'équivalent russe Yandex Karti était un peu plus à jour, mais parfois optimiste sur ce qui est "cyclable". Ou alors, il faut comprendre qu'en russe, "cyclable" veut dire qu'on peut passer avec un vélo, en pédalant, en le poussant, ou en le portant (un peu comme dans certains topos du Club des Cent Cols...).

Pousser ou tirer le tricycle sur des galets ou du sable, ou entre des buissons épineux le long de la voie ferrée, c'est bien plus galère qu'avec un vélo "normal". Et quand ça roulait, dès qu'il y avait des ornières, avec mes roues "20 pouces", j'entendais mes sacoches râper le sol, oy... J'ai fini par faire en taxi le tronçon Izberbash - Derbent.

Plage municipale d'Izberbash par grand beau temps

Ca ne m'a pas empêchée de profiter de la côte. J'ai passé entre 2 et 5 heures par jour à brasser gentiment de l'eau de mer, soit l'équivalent en 1 semaine de presque 6 mois de balnéothérapie au rythme de mes prescriptions de kiné à Grenoble. Ca m'a fait du bien !

Baigneurs à Izberbash

Tout ça me laissait quand même pas mal de temps libre : je vous propose une petit aperçu des distractions des vacanciers du coin sur la côte daguestanaise.

La lezginka est une danse très populaire au Daguestan

Les Daguestanais aiment danser : dans les restaus, sur les parkings, dans les jardins d'enfants...

Attraction du soir : un gnon-mètre.

Sur les promenades ou dans les parcs, une attraction assez populaire était le gnon-mètre. C'est une machine à sous qui, pour la modeste somme de 20 roubles, permet de donner un grand coup de poing sur une cible montée sur ressort, et de voir afficher un score proportionnel à la violence du coup.

Stand de tir à la kalashnikov en bord de plage. Contrairement au gnon-mètre, ici le public est mixte.

Bien sûr, dans les parcs, on trouve aussi des stands de tir... à la kalashnikov.

Bar à bières à Izberbash

Les bars à bière côtoient les mosquées sans problème. Ils sont parfois équipés de rideaux comme des isoloirs, pour qu'on puisse siroter tranquillement sans se faire voir de l'imam ou des voisins. Essai de tricycle dans le camp TchGU de Manas. Vue de face J'ai aussi vu d'autres attractions moins photogéniques, dont un petit chapiteau où se tenait un concours d'ingurgitation de biscuits type Petit Lu et divers jeux d'adresse.

Et bien sûr, j'ai eu quelques occasions de faire essayer mon tricycle, ou de le prêter aux enfants, petits ou grands, hébergés dans le même hôtel que moi.

A Izberbash, j'ai trouvé tout près de la plage municipale un petit hôtel idéal pour moi : le "Dzhumeirah", pas trop cher bien que confortable et propre ; mon balcon avec corde à linge donnait sur la cour intérieure équipée d'un préau qui faisait restau et garage à tricycle. Les proprios, une famille darguine, m'ont invitée à déguster mon premier tchudu (чуду) le soir de mon arrivée. C'est un plat national qui ressemble vaguement à une pizza calzone dans le principe mais en plus moelleux, avec des ingrédients différents (fromage frais et herbes, ou viande patates oignons...). En fait c'est assez proche de l' osetinskii pirog ou du khatchapuri géorgien.

Un plat national daguestanais : le tchudu

dimanche 23 septembre 2018

Invitée au Kadyrovstan / Гость в Кадыровстане

Ma première étape daguestanaise n'a pas été bien longue : j'ai dû réparer ma première petite crevaison ( roue avant, facile sur un trike : même pas besoin de sortir la roue pour changer de chambre à air ! ) avant de partir de Makhatchkala. Ma pompe a refusé de pomper, mais par chance, dans la deuxième petite libraire-papeterie où je cherchais —toujours sans succès— une carte détaillée du Daguestan, le gérant était cycliste et il m'a fait cadeau de sa pompe.

Makhatchkala. Un institut universitaire proche du centre ville

J'ai tâtonné un peu pour sortir de Makhatchkala sans passer sur le grand pont au gabarit autoroutier qui s'élevait par-dessus la voie ferrée : déjà sur le papier, ça ne fait pas vraiment envie, mais sans bande d'arrêt d'urgence et avec des Daguestanais habitués à passer à 4 voitures sur 3 voies, je ne voulais surtout pas tenter l'expérience...

De Makhatchkala à Kaspiisk inclus, les plages se succèdent

Ensuite à peine arrivée à Kaspiisk, j'ai visé une petite plage et je me suis baignée. Et enfin, comme je voulais éviter la grande route de transit Makhatchkala - Bakou, j'ai perdu du temps à zigzaguer sur des chemins plus ou moins orniérés, dont une partie sont des culs-de-sac.

Bref, la nuit allait tomber quand je suis arrivée dans le secteur des sanatorii et autres centres de loisirs de Manas. Un des nombreux automobilistes qui a ralenti pour zyeuter mon tricycle et me saluer m'a conseillé de continuer après le grand sanatorium pour aller passer la nuit dans une des bases de loisirs, celle avec une pancarte Tchéguéou.

Le camp TchGU de Manas vu de drone (copyright ???)

J'y suis donc allée, un peu intriguée par le mur de clôture qui faisait plus penser à une caserne qu'à un camping ou une base de loisirs. J'ai ensuite remarqué un grand portrait de Ramzan Kadyrov sur le mur de l'accueil, et un drapeau tchétchène.

Sharpudi & Rizvadi Ismailov : "БIаьрги нур" (lezginka tchétchène)

Bienvenue chez Ramzan Kadyrov...

Un gars jovial m'a dit en riant que la Tchétchénie était en train d'annexer le Daguestan, avant de m'expliquer que j'étais tout simplement dans un centre de vacances de l'Université d'Etat Tchétchène (ЧГУ). D'ailleurs, d'autres murs étaient ornés de citations du mégalo-président Ramzan Ahmadovitch Kadyrov.

Plutôt qu'un emplacement pour ma tente ou qu'une location de petit bungalow, j'ai eu droit à une des 2 maisons 'VIP", puis j'ai dîné avec la famille du directeur. Soirée au centre aéré du CROUS tchétchène : aprés le repas, on danse. On m'a expliqué que les Tchétchènes sont les plus hospitaliers des peuples du Caucase (je manque de recul pour confirmer ce point, mais... j'ai bien l'impression que ce sont les plus chauvins), et qu'il n'était pas question que je paye quoi que ce soit. Ils étaient aussi fiers de me dire que leur centre de vacances et leur plage étaient les plus propres du secteur : ça, c'était vrai. Parce que avant d'arriver là, j'avais vu pas mal de sacs poubelles ou autres détritus le long des routes ou chemins. Après un petit discours d'un prof, que les étudiants ont écouté rangés au garde-à-vous, j'ai pu assister à une séance de lezginka, la plus connue des danses du Nord Caucase. Je n'ai presque pas de photos, 2 des danseuses n'ont pas voulu que j'en prenne. Puis extinction des feux.

Bon accueil à la cusine de la cantine du camp TchGU Le lendemain, quand je me suis levée, mes hôtes et la plupart des étudiants étaient déjà partis à Derbent pour une cérémonie de remise de diplômes. Mais le directeur avait laissé des consignes à la cheftaine de la cantine : on m'a servi un copieux petit-déj avant mon bain de mer. La cuisinière a papoté avec moi ; ses 2 enfants ont à peine connu leur père, enlevé par "les fédéraux" et tué pendant la guerre de Tchétchénie.

Avant de repartir, j'ai prêté un moment ma chaise longue à pédales aux 2 jeunes assistants du concierge, tout le monde a trouvé ça bien amusant. Et bien sûr je suis invitée à visiter la riante Tchétchénie...

Essai de tricycle dans le camp TchGU de Manas. Vue de profil

vendredi 3 août 2018

Balnéothérapie intensive / Усиленная балнеотерапия

Plage municipale de Makhatchkala : premier bain dans la mer Caspienne

Sergey Ilyasafov : "Дагестан"

Pendant les vacances de mes kinés et/ou les miennes, j'essaie de compenser les 3 séances hebdomadaires de rééducation épaule/poignet que je rate.

Arrivée à Makhatchala : direct à la plage ! Mon chirurgien m'a dit que les bains d'eau de mer seraient bons pour moi. Et comme il y a 3 fois moins de sel par litre de Caspienne que par litre de Méditerranée, je prolonge les bains. L'eau est bonne, j'y passe plusieurs heures par jour. Le vent fait souvent déferler des vagues et il y a du courant : même sans les accessoires de KinéBulle, je peux faire travailler mes abaisseurs et mes rotateurs...

Plage municipale de Makhatchkala, avec vue sur la zone industrielle

La côte daghestanaise n'est pas spécialement jolie ni très propre.

Au Daguestan, on se baigne aussi bien en bikini qu'en robe longue.

Le spectacle, c'est la diversité des tenues de bain et des styles de baigneurs. A la plage, de temps en temps je sors de l'eau pour prendre des photos.

Les touristes russes ont souvent un maillot de bain, mais les gens du coin se baignent majoritairement en caleçon, en short ou pantalons avec ou sans T-shirt, ou en robe, tête nue ou avec casquette, foulard, chapeau voire capuche "islamiquement correcte" pour les femmes (la population du Daghestan est majoritairement musulmane, avec là aussi une certaine diversité puisqu'il y a des soufis, des chiites et des sunnites "classiques", éventuellement vodka-compatibles).

En famille à la plage d'Izberbash. Même les PMR en fauteuil vont faire trempette.

Outre que ça économise l'achat de maillots de bain, ça permet aussi de se passer de crème solaire. C'est amusant de voir des baboushkas en robe longue plonger allègrement dans les vagues, en souriant de toutes leurs dents dorées.

Bains de mer vivifiants à Makhatchkala

Parfois, les baigneurs les plus chanceux et rapides attrapent un poisson à la main.

Baboushka a attrapé un poisson, bravo !