Secouristes pas stressés sur la plage d'Izberbash

Sultan Uragan & Murat Tkhagalegov : "На дискотеку"

Pendant mon début de séjour au Daguestan, j'ai passé plus de temps dans l'eau de mer que sur mon tricycle. Surtout que j'ai finalement renoncé à faire tout le trajet Makhatchkala - Derbent sur 3 roues : la côte n'est pas vraiment belle,

La côte daguestanaise tout près de la station balnéaire d'Izberbash... Le Daghestan est exportateur de pétrole.

et pour éviter la grande route, on perd un temps fou dans des chemins pas très roulants.

Mes applis Maps.me ou Alpine Quest basées sur les cartes OSM, ou GoogleMaps, ne suffisaient pas toujours pour optimiser l'itinéraire. L'équivalent russe Yandex Karti était un peu plus à jour, mais parfois optimiste sur ce qui est "cyclable". Ou alors, il faut comprendre qu'en russe, "cyclable" veut dire qu'on peut passer avec un vélo, en pédalant, en le poussant, ou en le portant (un peu comme dans certains topos du Club des Cent Cols...).

Pousser ou tirer le tricycle sur des galets ou du sable, ou entre des buissons épineux le long de la voie ferrée, c'est bien plus galère qu'avec un vélo "normal". Et quand ça roulait, dès qu'il y avait des ornières, avec mes roues "20 pouces", j'entendais mes sacoches râper le sol, oy... J'ai fini par faire en taxi le tronçon Izberbash - Derbent.

Plage municipale d'Izberbash par grand beau temps

Ca ne m'a pas empêchée de profiter de la côte. J'ai passé entre 2 et 5 heures par jour à brasser gentiment de l'eau de mer, soit l'équivalent en 1 semaine de presque 6 mois de balnéothérapie au rythme de mes prescriptions de kiné à Grenoble. Ca m'a fait du bien !

Baigneurs à Izberbash

Tout ça me laissait quand même pas mal de temps libre : je vous propose une petit aperçu des distractions des vacanciers du coin sur la côte daguestanaise.

La lezginka est une danse très populaire au Daguestan

Les Daguestanais aiment danser : dans les restaus, sur les parkings, dans les jardins d'enfants...

Attraction du soir : un gnon-mètre.

Sur les promenades ou dans les parcs, une attraction assez populaire était le gnon-mètre. C'est une machine à sous qui, pour la modeste somme de 20 roubles, permet de donner un grand coup de poing sur une cible montée sur ressort, et de voir afficher un score proportionnel à la violence du coup.

Stand de tir à la kalashnikov en bord de plage. Contrairement au gnon-mètre, ici le public est mixte.

Bien sûr, dans les parcs, on trouve aussi des stands de tir... à la kalashnikov.

Bar à bières à Izberbash

Les bars à bière côtoient les mosquées sans problème. Ils sont parfois équipés de rideaux comme des isoloirs, pour qu'on puisse siroter tranquillement sans se faire voir de l'imam ou des voisins. Essai de tricycle dans le camp TchGU de Manas. Vue de face J'ai aussi vu d'autres attractions moins photogéniques, dont un petit chapiteau où se tenait un concours d'ingurgitation de biscuits type Petit Lu et divers jeux d'adresse.

Et bien sûr, j'ai eu quelques occasions de faire essayer mon tricycle, ou de le prêter aux enfants, petits ou grands, hébergés dans le même hôtel que moi.

A Izberbash, j'ai trouvé tout près de la plage municipale un petit hôtel idéal pour moi : le "Dzhumeirah", pas trop cher bien que confortable et propre ; mon balcon avec corde à linge donnait sur la cour intérieure équipée d'un préau qui faisait restau et garage à tricycle. Les proprios, une famille darguine, m'ont invitée à déguster mon premier tchudu (чуду) le soir de mon arrivée. C'est un plat national qui ressemble vaguement à une pizza calzone dans le principe mais en plus moelleux, avec des ingrédients différents (fromage frais et herbes, ou viande patates oignons...). En fait c'est assez proche de l' osetinskii pirog ou du khatchapuri géorgien.

Un plat national daguestanais : le tchudu