Vue de la tente sur le Kazbek au petit matin

Ansambl Mdzlevari & Dito Kisishvili : "გერგეტის წმინდა სამება" (Gergetis Tsminda Sameba)

Bivouac juste au-dessus de l'église de Gergeti à l'aube

Kazbegi, bourgade rebaptisée Stepantsminda après l'indépendance de la Géorgie, est une station touristique où la plupart des taxis et marshrutkas font une halte.

Stepantsminda alias Kazbegi : boutiques de vins & souvenirs, marshrutkas, bistrots et touristes à gogo L'ambiance est très différente de celle de Vladikavkaz : il y a là une foule de touristes, des Russes, mais aussi beaucoup d'Européens de l'ouest et de l'est, des Israëliens, des Chinois,... Sur le parking des marshrutkas, a croisé des touristes occidentaux bien endoctrinés qui croyaient que la frontière avec la Russie était fermée. Faut dire à leur décharge que le site officiel du Ministère des Affaires Etrangères français affirme encore que la frontière est fermée (alors qu'elle est réouverte depuis 2012...), et qu'il classe en zone orange, "déconseillé sauf raison impérative", tout le Nord-Caucase russe où nous venons de passer d'agréables vacances. On a aussi bavardé avec randonneur médecin espagnol : il avait travaillé avec des ONG humanitaires dans divers points chauds d'ex URSS au moment de la guerre de Tchétchénie, sa vision était bien plus nuancée et intéressante.

Montée de Gergeti au bivouac avec vue sur le Kazbek

Lever de soleil sur l'église Tsminda Sameba de Gergeti On a fait une dernière petite randonnée au pied du Kazbek, en bivouaquant juste au-dessus du promontoire de l'église Tsminda Sameba de Gergeti, un best-seller des ventes de cartes postales en Géorgie.

Le lendemain matin, montée en direction d'un col au pied du Kazbek, paisible volcan de 5047 m endormi depuis 6000 ans.

Lever de soleil sur le Kazbek encapuchonné dans ses nuages. Ca doit souffler là-haut...

Randonneurs russes s'empiffrant de myrtilles (moi, j'ai fait pareil 50 m au-dessus) Il y avait plein de myrtilles planquées dans les talus un peu à l'écart du touristodrome.

Une fois de retour à Kazbegi, on n'a eu aucune peine à trouver un taxi partagé pour Tbilissi : les conducteurs attendent les clients sur la place du village et devant les terrasses des bistrots. Et les bistrots ont le wifi, on a pu en profiter pour réserver un hôtel dans le quartier Avlabari, bien situé et où il y a pas mal de petits hôtels de bon rapport qualité/prix.