Steppe kazakhe rapée entre Kökpek et Charyn

Bon, je ne vais pas m'étendre trop longuement sur le sujet, mais à propos d'étendue, la steppe kazakhe, c'est quelque chose. Et pourtant je n'en ai parcouru qu'une infime portion.

Ansambl Piknik : "Полюшко поле"

Troupeau de chevaux dans la steppe près de Kegen

Il y a une certaine variété : l'herbe peut être plus ou moins verte ou sèche, rase ou plus haute, ou rase avec quelques touffes hautes, ou complètement râpée avec quelques petites touffes. La route, avec en moyenne un virage tous les 5 km, peut être un excellent macadam ou une piste poussiéreuse en tôle ondulée.

Steppe kazakhe entaillée par le début du canyon de la rivière Charyn

Le point commun, c'est la rareté ou l'absence des arbres et des habitations, à tel point que quand on aperçoit quelque chose à l'horizon, on sait qu'on va mettre au moins 1/2 h pour s'en approcher, sauf si c'est le nuage de poussière produit par un véhicule qui arrive en sens inverse.

Un arbre perdu dans la steppe !

Et entre temps, il n'y aura rien d'autre à voir, à part, éventuellement, un aigle de passage. On finit par se résigner. Mais si la route est mauvaise ou en faux-plat montant, à la vitesse d'un tricycle sans assistance électrique, on finit par trouver le temps long.

Steppe rapée et piste avec tôle ondulée entre Charyn et Chundzha

Il peut y avoir un petit vent frais ou il peut faire très chaud : mon thermomètre est monté jusqu'à 46,7°C au soleil dans la région entre Charyn et Zharkent. Je sais que les relevés météo donnent la température à l'ombre, mais à quoi bon quand la seule ombre présente sur plusieurs dizaines de km est la mienne ?

Pause-pomme par 46,7°C. La cordelette entre la gourde-thermos et le porte-bidon, c'est à cause de la tôle ondulée, sinon je perds ma gourde quand ça secoue trop... Je faisais régulièrement de petites pauses pour boire un peu ou manger une pomme. Le premier litre d'eau fraîche dans mes 2 petites gourdes-thermos ne durait pas longtemps ; ensuite je buvais l'eau chaude des vaches stockées sur le porte-bagage arrière (non, je n'ai pas transporté de bétail ni puisé mon eau dans les abreuvoirs ! Je parle de mes vaches à eau Ortlieb). Et les pommes, c'est bien : dans les sacoches, j'ai l'impression qu'elles se réchauffent moins vite que l'eau sur le porte-bagages.

Ahmet Koç : "Полюшко поле"

Mais qu'il fasse chaud ou froid ne change pas le fait qu'à la longue, on finit par se dire que les avantages qu'il y a à voyager lentement, à vélo, ne servent pas à grand-chose dans la vaste steppe, au contraire...

Altyn Emel. Piste entre Basshiy et les Dunes chantantes

Une participante kazakhe du prochain SunTrip Lyon - Canton en 2020 A petite dose, on médite un peu, et on peut en profiter pour recharger les batteries de l'appareil photo pendant qu'on vide celle du baladeur mp3 ; mais bon, ça ne me donne pas très envie de m'inscrire un jour au SunTrip. Pourtant, ce truc est fantastique ; mais il faut traverser des milliers de km de steppe pour aller de France en Chine, et surtout, dans les autres tronçons où il y a plein de distractions, il faut se dépêcher pour finir dans les temps...