Je vous donnerai un aperçu d'Almaty quand j'y reviendrai, après ma virée dans la steppe et la montagne.

Juan, cyclo-voyageur argentin dans la pampa kazakhe

Asylbek Ensepov : "Великая степь "

J'ai consacré mes 2 premières journés à la récup de sommeil + décalage horaire et aux préparatifs : remontage du trike sous les regards intrigués et amusés d'Aydar (un biznesman de Karaganda en voyage d'affaires) et de la réceptionniste, dépose du sac à dos que je retrouverai avec mon guide à Kegen, premier contact avec la gastronomie locale dans un restau kazakho-russo-coréen (émincé de cheval au wok, pas mal du tout), et enfin relaxation au banya de l'hôtel.

Avant l'effort, le réconfort. Sauna de l' hôtel Resident à Almaty

Pour mon départ, la réceptionniste Venera m'a judicieusement conseillé d'aller à l' avtovokzal Sayakhat plutôt que d'appeler un taxi. Ce n'est pas la principale gare routière d'Almaty mais je n'ai eu aucune peine à trouver un taxi à grand coffre pour un prix correct (le tarif varie de 20 à 30 € les 100 km, selon le véhicule, le chauffeur, et les chances qu'il trouve des passagers pour le trajet retour). En chemin il a fait le plein de GPL (70 KZT soit moins de 20 centimes le litre...) et une pause au dernier bazar avant la steppe.

Parking dans la steppe kazakhe. Pont pour vidanger le moteur et WC sans eau.

Premières impressions de cycliste sur la route : le Kazakhstan, c'est grand ! Ce qui apparaissait comme une simple vallée sur ma carte du pays est une large steppe avec quelques montagnes à l'horizon de part et d'autre.

Steppe au sud-est d' Almaty. Les montagnes visibles à l'horizon appartiennent aux diverses chaînes des Ala Tau.

Pendant ma première demi-journée de pédalage, aucun risque de surmenage des poignets : en moyenne un virage tous les 5 km.

Vue de ma chaise longue

Par contre, avec mon enclume à 3 roues et son chargement, je sens vite que la steppe du sud-est du Kazakhstan n'est pas parfaitement plate : les faux-plats successifs font efficacement baisser ma vitesse moyenne.

Steppe kazakhe, variante faux-plat montant avec vent de face. Au fond, le premier village sur la route depuis 50 km.

Un des 2 aigles qui survolaient mon bivouac *** en amont du canyon de Charyn J'ai donc tout mon temps pour admirer le vol des aigles, en position semi-allongée sur le trike c'est confortable. J'en ai vu un qui s'entraînait ou s'amusait à enchaîner les phases finales de piqué, pattes et griffes tendues en avant puis remontée immédiate : impressionnant mais difficile à photographier ! L'autre aigle qui survolait mon bivouac *** en amont du canyon de Charyn

Petite remarque pour les russophones : les aigles que j'ai vus étaient presque tous des aigles royaux, dont le nom russe berkut est d'origine kazakh.

Au prochain épisode, j'arrive dans les montagnes (le blog est déjà en retard sur moi, je profite de mes vacances!). Et je complèterai en photos plus tard : en voici quelques-unes.

Zoom sur les aigles 1 à 3 de l'escadron de 6. Parc national Altyn-Emel