Alplager de Tsey Notre permis zone-frontière incomplet ne nous permettait pas d'aller randonner en amont de Stur-Digora dans le parc national d'Alanie. On a demandé à notre hôtel comment aller à Tsey. La réceptionniste nous a rapidement trouvé un taxi à un prix correct. Notre chauffeur Zalim nous a proposé en route d'arranger un week-end chez des amis à Stur-Digora en fin de séjour, et nous a déposées à l' alplager de Tsey.

Oleg Taysaev & Gos-Ansambl Severnoy Osetii : "Иры зар"

Déco post-soviétique de l'alplager de Tsey On est arrivées à l'heure du dîner. Les touristes étrangers sont tellement rares à Tsey que le personnel nous a offert l'apéro et est venu trinquer avec nous. La cuisine était simple mais bonne. Ensuite, on a planté la tente de nuit sous un abri en bâche plastique : vu ce qui tombait, c'était bien pratique.

La station de ski de Tsey, dans le vallon du Skazdon

Le lendemain matin, petit promenade dans le vallon du glacier Skazdon. La montée sur le fil de l'arête de la moraine était chouette, mais ensuite le brouillard nous a efficacement dissuadées d'aller voir plus loin. Non, ce n'est pas un canon à neige. La frontière avec la Géorgie et l'Ossétie du sud n'est qu'à environ 7 km

A la redescente, surprise : les 2 télésièges de la station de ski ne sont pas abandonnés. On croise quelques touristes russes qui font l'aller-retour jusqu'au glacier. Pour terminer cette journée un peu terne, enchaînement banya + petite mousse + apéro + repas -> excellente nuit.

Tseyadon juste en amont de l'alplager de Tsey.

Sanctuaire abandonné dans la forêt près de Tsey Le lendemain, magnifique éclaircie. On visite un sanctuaire païen un peu perdu dans la forêt, et on remonte le vallon glaciaire du Tseyadon, d'abord par un sentier écologique qui nous instruit sur la géologie, le climat et la flore du secteur, puis sur de gros amas de blocs charriés par une précédente crue.

Vue sur le glacier Tseyskiy depuis le point où le sentier a été détruit par les torrents en crue

Tseyadon. 6 km en aval du glacier, le courant est déjà fort Comme dans la vallée du Tcherek, on remarque que les glaciers du Caucase donnent naissance à des torrents qui deviennent rapidement imposants.

Lors du retour suivant à Vladikavkaz, on repasse par Mizur, un bled sinistré depuis qu'une partie des mines ont fermé, encaissé dans les gorges de l'Ardon (pour eux qui connaissent la vallée de la Romanche, c'est plus moche que Rioupéroux, Livet et Gavet réunis).