En chemin au-dessus de Terskol

Margarita Suvorova : "Эльбрус" (chant karatchaïevo-balkar)

De Terskol, sans permis, on ne peut monter que du côté nord de la rivière Baksan. Le chemin pour l'observatoire du pic Terskol partait de juste derrière notre gîte.

Juste en amont du village, un garde fait payer 300 roubles (moins de 5 €) un ticket d'entrée valide dans les parcs nationaux du secteur. Ensuite, si on monte tôt le matin, c'est tranquille, et la vue est superbe.

En montant dans la forêt de pins du Caucase

On monte d'abord dans une forêt de pins qui sentent aussi bon que là où on s'est fait refouler, puis le chemin passe le long de petites barres de colonnes basaltiques.

Colonnes basaltiques sur les flancs de l'Elbrouz

Et enfin, en amont d'une belle cascade nommée "Dievitchy kosy" (tresses de jeune fille), on commence à avoir une belle vue sur l'Elbrouz, ou Mingi-Tau en karatchaïevo-balkar.

Les 2 sommets de l'Elbrouz vus du pic Terskol

Pause pique-nique sur un divan-balcon de roches volcaniques Si vous avez bien suivi les épisodes précédents, vous ne pouvez plus ignorer que c'est le plus haut sommet d'Europe, et même plutôt 2 fois qu'une avec ses 5642 m (sommet ouest) et 5416 m (sommet est).

Dans le dernier tronçon sous l'Observatoire Terskol, on peut couper droit dans la pente, même sans bâtons et avec un bras quasi-invalide (enfin, sans le chariot-pulka, faut quand même pas exagérer) : les blocs volcaniques soudés à chaud depuis quelques millénaires sont bien stables, et cette roche dure et rugueuse accroche très bien sous les semelles Vibram.

Du pic Terskol (3127m), on voit bien les sommets frontaliers en face, dont l'Ushba qu'on aurait bien aimé voir de plus près.

Vue du pic Terskol. Au fond, on aperçoit l'Ushba

Les bâtiments autour de l'Observatoire ont l'air à moitié abandonnés, mais il est encore en service.

Le dôme de l'Observatoire Terskol (3127m)

En redescendant l'après-midi, on a croisé des cohortes de touristes lève-tard. Souvent ils ne montent que jusqu'à la cascade pour prendre une douche rafraîchissante.

La cascade 'Dievitchi kosy' en heure de pointe

Et comme ce sont très majoritairement des randonneurs russes, ils se promènent avec leur sidoushka aux fesses,

La sidoushka est un accessoire très populaire chez les randonneurs russes

ou parfois sanglée sur ou sous leur sac.

Sidoushka portée sur ou sous le sac à dos

Randonneurs-alpinistes russes assis sur leur sidoushka Pour mémoire, si vous aviez raté l'épisode au sujet des sidoushki de ma petite promenade en Sibérie : une sidoushka sert de coussin pour s'assoir confortablement sur n'importe quel sol en cours de route. C'est un accessoire très populaire chez les randonneurs russes, et ça fait partie des trucs que j'ai adoptés au cours de mes voyages.

Sidoushka Dekatlon made in Russia Ce qui est fabuleux, c'est que Décathlon, qui a ouvert un magasin dans une dizaine de villes de Russie, s'est mis à commercialiser des sidoushki Dekatlon, alors que cet article est introuvable chez Décathlon en France. Pour info, la sidoushka Dekatlon de luxe aluminisée est à 189 roubles (à peine 3 €), et la version de base moitié moins chère.

Avis aux amateurs : à mon avis, c'est une affaire qui pourrait marcher très bien à Grenoble !