Vallée du Tcherek Bezengskyi > Aydamir Mugu & Aslan Tlebzu : "Седовласый Кавказ"

Va falloir que je me bouge ou que je fasse un résumé plus court, sinon je risque de ne pas avoir terminé le blog des vacances 2017 avant les vacances 2018 ! Mais soyez indulgents pour la lenteur des mises à jour : les séquelles de mon accident de mars dernier me gênent encore pour écrire, j'ai récemment chopé une tendinite au coude droit en cherchant à ménager mon épaule droite...

Retour Bezengi - Naltchik : bain de pieds dans la boue entre 2 marshrutkas

Bref, après ces belles journées à Bezengi, on est redescendues en marshrutka jusqu'à Naltchik, avec une correspondance marshrutka - bain de pieds - marshrutka dans un lacet où la piste était coupée par une coulée de boue. Notre deuxième conducteur a gentiment fait un arrêt au gué suivant pour qu'on se lave les pieds à l'eau claire.

Ushba (4710m), face sud vue de Géorgie De là on a enchaîné directement pour Verkhniy Baksan parce que le conducteur, après avoir déposé tout le groupe dans un lieu inconnu à Naltchik, nous a proposé un tarif honnête pour aller jusqu'à notre destination suivante. De Verkhniy Baksan, on peut remonter l'Adyrsuu jusqu'à un autre confortable alplager , et passer un col pour rejoindre la vallée de l'Adylsuu d'où on devrait avoir une belle vue sur l'Ushba, l'équivalent du Cervin dans le Caucase.

On attend le funiculaire au débouché des gorges de l'Adyrsuu La remontée de la vallée commence par un funiculaire rustique, qui doit débiter au maximum 4 à 6 voitures par heure en période de pointe. La piste continue ensuite dans une forêt de pins qui sent super bon. Et là, juste avant un petit pont qui re-franchit la gorge de l'Adyrsuu, on rencontre un point de contrôle des permis zone-frontière. On n'ira pas plus loin : le garde-frontière (pogranitchnik en russe) nous apprend que notre permis n'est pas valide dans ce district. :-( Zut, zut, zut, on ne pourra pas aller bivouaquer dans une clairière qui sent si bon le pin, ni admirer la face nord de l'Ushba...

Cabane de garde-frontière entre l'alplager et le glacier de Bezengi L'agence de Vladikavkaz nous a remis nos permis sans même vérifier qu'ils correspondaient à ce qu'on avait demandé. Et comme il faut près de 2 mois au FSB pour valider une nouvelle demande, inutile d'espérer obtenir un nouveau permis en 1 semaine. C'est ridicule de retoquer de simples touristes randonneurs ou alpinistes dans des coins où la frontière est aussi difficile d'accès, mais inutile d'insister : les pogranitchniki ont ordre de ne laisser passer que les permis en règle, et ils sont suffisamment équipés et armés pour être dissuasifs. Et comme on a vu au-dessus de Bezengi, des pogranitchniki, il peut y en avoir d'autres en amont, jusque sur les glaciers... Donc demi-tour.

Funiculaire dans les gorges de l'Adyrsuu Une alpiniste venue de Lettonie, qui nous a aidées à redescendre mon chariot-pulka par les escaliers longeant le funiculaire, nous a dit qu'elle avait aussi eu ce genre de surprise dans un district voisin, et là, elle attendait que son guide arrive avec son permis pour l'Adyrsuu.

Demi-tour, on redescend... Le funiculaire des gorges de l'Adyrsuu, avec mon chariot sur les épaules d'une alpiniste lettone Sur le petit tronçon de route entre le funiculaire et la route principale, un gars qui a un gîte dans le village de Verkhniy Baksan attend les randonneurs fatigués et fait le taxi. Il nous propose un tarif presque honnête pour Terskol. Quand je lui fais remarquer que pour le kilométrage, c'est plus cher qu'à Vladikavkaz, il répond en souriant : "Oui, mais ici, il y a l'Elbrouz"...

En route, entre Verkhniy Baksan et Elbrouz, le chef-lieu du district suivant, on traverse un village appelé Neutrino : notre chauffeur nous explique qu'il y a un observatoire souterrain, et je suis toute fière de lui apprendre que j'ai des collègues qui travaillent dans un observatoire similaire dans les Alpes, au tunnel du Fréjus. Après l'effort le réconfort : bière locale Altitude

Bref, 1/2 h et 400 roubles plus tard, nous arrivons à Terskol où les hôtels sont plus pleins qu'à Vladikavkaz (oui, c'est vrai, il y a l'Elbrouz...). Mais on trouve un gîte sympa tout propre et pas cher, où on se pose avant d'aller se consoler dans un restau. Et pour accompagner un bon repas, on nous propose la bière locale, la "5642" que les gens du coin appellent simplement "altitude". Vous devinez ? C'est l'altitude de l'Elbrouz.

Elbrouz (5642m) vu du pic Terskol