Nécropole de Dargavs. Toits avec vue sur le Gizeldon

Yusup Dzhenaev & Evelina Eyupova (2 couplets en ossète) puis Timur Ramazanov & Alsu Seytova (2 couplets en karatchaïevo-balkar) : "Цы сусæг кæнон - Ярат синем"

Dargavs est un site peu étendu et peu connu à l'étranger, mais qui mérite le détour. C'est dans une belle vallée ouverte. Par beau temps on peut voir le Kazbek ; et sur un promontoire dominant le village, et baignant dans une belle lumière l'après-midi, on trouve ce que les gens du coin appellent мёртвых городок (ça se prononce myortvikh gorodok), littéralement la petite ville des morts. On aime bien les diminutifs en Russie : vous connaissez sans doute la petite eau russe, la vodka.

Village de Dargavs et haute vallée du Gizeldon

A l'accueil du site, avant même qu'on achète nos tickets d'entrée, on nous a offert un thé et un savoureux osetinskiy pirog, une espèce de tourte farcie avec viande hachée, oignon, chou et épices. Il existe d'autres variantes, en particulier au fromage frais et fines herbes.

Nécropole de Dargavs vue de l'entrée du site

Et ensuite, on a passé l'après-midi à slalomer entre les... euh, je ne sais pas comment ça s'appelle, ces petites maisonnettes qui me font un peu penser à des morilles, avec un toit similaire à celui des tours ingouches, c'est-à-dire avec des couches d'ardoises alternant avec les pierres des murs.

Dargavs. Des toits ardoise+pierre vus de dessous.

Selon l'époque de construction (14 ± 2 zième siècle) ou les goûts du constructeur, ce toit peut être à 2 ou 4 pans, droit ou légèrement bombé, plus ou moins raide. Toutes ces maisonnettes sont des tombeaux : dans plusieurs d'entre elles on peut voir des squelettes par l'unique ouverture, une fenêtre carrée ou voutée.

Nécropole de Dargavs vue de la sortie du site Après avoir déambulé en long, en large et en travers dans la nécropole, on a visité le petit musée ethnographique, et on s'est raccrochées à un groupe de touristes russes de Moscou et Kazan. Il restait quelques places dans leur bus, leur guide nous a proposé de rentrer à Vladikavkaz avec eux.

Ce petit bus a pris l'étroite piste vertigineuse qui serpente à flanc de falaise, à proximité de la conduite forcée qui alimente la centrale électrique Gizeldonskaya. Là, on a compris pourquoi les marshroutkas Dargavs - Vladikavkaz font le détour par Verkhnyi Fiagdon plutôt que de passer par les gorges du Gizeldon...

Nécropole de Dargavs